jeudi 6 janvier 2011

L'Enfer des banlieues résidentielles (2)

Puisque j'ai maintenant ma liste de personnages, tentons de donner quelque existence à  ces personnages.

Abel... Qui est Abel?... Et si j'en faisais un auteur débutant... J'aurais moins de peine à l'imaginer, cet Abel... Je lui prêterais mes incertitudes...de débutant. Et puis, du théâtre dans le théâtre, ce n'est pas nouveau, bien sûr, mais c'est toujours amusant.

Voyons-y voir.


Abel - Commençons modeste…Le Papa, la Môman, les mômes -- enfin, quelques mômes -- les plus grands --, le Papy, la Mômie. Auxquels il convient d'ajouter Tatas et tontons, cousines et cousins. Rien qu'avec une seule famille élargie, on peut déjà remplir une salle! De dimensions modestes, certes…. mais la famille sort contente! Alors, bouche à oreille, il en arrive une autre, et puis une autre..!!! .On commence par le théâtre d'appartement, on se retrouve à Chaillot, on finit au Stade de France ! Dans les applaudissements du cercle familial, je crois déjà entendre les ovations de foules enthousiastes et pullulantes ! Pullulantes, sonnantes, trébuchantes…

La gloire, quoi…! A portée de main! Ne pas louper le coche!...Je veux le succès massif tout de suite! Du jour au lendemain! Plaire au maximum de gens possibles pour une rentrée de fric maximale!

Donc, pas de spectacle provocateur. Ne pas choquer! Surtout ne choquer personne…Ménager les susceptibilités… Toutes les susceptibilités, à commencer par les susceptibilités les plus…susceptibles, ça va de soi! Un spectacle à vocation familiale, en somme. A voir en famille. Visible par toutes les familles. Biologiques, idéologiques, sociologiques, théologiques, spéléologiques. Un spectacle tout public…Consensuel, convivial, conciliant… complaisant… continent…Constipé…Consternant…

Allons, allons, tout de suite le pire, c'est bien moi ça. On peut rester gentil sans pour autant servir la soupe…. Voilà!... Voilà ce qu'il faut : un spectacle gentil….sans tomber dans le gentillet cucuconcon, d'accord, mais… gentil. Gentil ! Voilà la recette garantie pour assurer… la recette. Gentil toutou…public… Et merde ! 

Jouons plutôt la carte de l'humour. De l'humour, de l'humour ! Desproges…Coluche… 

….Ouais… Attention! ça dérape vite, l'humour…Le sens de l'humour est la chose du monde la moins bien partagée, sans compter que tout le monde n'a pas le même. Donc, de l'humour, mais de l'humour…moyen…Humour moyen?... Kékcékça? (Soupirant) Pas gagné…

Du réalisme alors ! Ancré dans le quotidien! Baignant dans l'actualité ! Ah mais oui!...Ah mais non! Non…non. Enfin, peut-être, mais alors avec beaucoup de précautions. Pas d'insistance gênante, pas d'allusion déplacée, pas d'audace inconsidérée, pas de provocation irresponsable… Aucune envie de me retrouver avec, devant la porte, une manifestation d'indignés protestataires, jeunes gens en colère, vieillards furieux, paladins de l'environnement, croisés de la vertu, amis des chiens, défenseurs des chats, des loups, des ours, perroquets, peuples qui ont déjà beaucoup trop souffert. Quelques pavés dans les vitres du salon…plus un procès aux fesses, sans compter la bombinette en guise de colis de Noël, je sens que Georgette supporterait mal, très mal…Veux bien devenir auteur mais pas au risque de me faire casser le mariage en plus de la gueule. Compliqué d'entrée…Je panique, là?... Je panique…

… Et d'abord, quel sujet choisir? Et comment le traiter? Ou plutôt comment ne pas le traiter? Cent mille traitements à éviter absolument sous peine de représailles saignantes contre un seul admissible à la rigueur, mais au prix de la plus désolante platitude !

Autant jouer au loto ! Aussi quelle idée de vouloir se lancer dans l'art dramatique quand on n'est pas poussé aux fesses par une irrépressible inspiration, la voix d'en-haut, façon Claudel!...

Non mais quel culot, de quoi je me mêle vraiment, sans compter qu'au fond, avouons-le, j'ai rien à dire, mais vraiment rien d'original, de fort, de décisif sur quoi que ce soit… Inconscience, outrecuidance…

Oh! Et puis merde ! Essayons toujours…Pianoter sur ce clavier, ça m'excite, ça me fait jouir, alors allons-y, à l'aventure, à l'aveuglette, à la fortune du pot et à la mords-moi le nœud, on verra bien, j'arriverai toujours à faire éditer le produit de mes élucubrations à compte d'auteur, en y mettant le prix, en soudoyant quelque sous-chef de service, sans le dire à Georgette bien entendu. Pas un mot à Georgette.

Il retourne s'installer devant son clavier. Gros soupir. Un début d'inspiration, extrêmement timide et balbutiant, il faut l'avouer, semblant se faire jour, il pianote en marmonnant, cherchant ses mots et ses phrases.


Abel - Prouvons le mouvement en marchant. Allez démarre. L'Académie est en vue! Le prix du meilleur livre pour allumer le feu! Posons le décor…le lieu de l'action… Le salon… d'un appartement… banlieue… semi-résidentielle…de… la…Petite Couronne… boulevard des… Parodontistes… Parodontistes. Quelle idée! C'est vraiment très con! Ah et puis après tout, pourquoi pas? Pourquoi pas! Faire confiance à l'inspiration, quoi ! Merde à l'autocensure, à la fin! Boulevard des Parodontistes, adjugé! Si je commence à tout refuser, autant m'arrêter tout de suite et retourner ranger le garage qui en a bien besoin, …foutoir…foutoir. Donc boulevard des Parodontistes, à… Jouy-en-Josiane…. Jouy-en-Josiane!!...ah! Josiane…Etait-ce le bon temps?...Bof… Département? …Département…des Evelynes! …Les prénoms féminins, ça m'a toujours inspiré. Ah! Josette, Janeton, Laurie, Antoinette…Ma foi, c'est toujours un début… Un début qui en vaut cent mille autres, aussi nul que les autres, peut-être, mais qui a le mérite d'exister! (Avec une satisfaction naïve d'apprenti)…Un début plausible… de bon goût!

Apparaît Georgette, émergeant sans doute de sa cuisine. Elle s'encadre dans l'entrée, les poings sur les hanches, et considère son jules sans indulgence.


Aucun commentaire: