vendredi 7 janvier 2011

L'Enfer des banlieues résidentielles (3)

C'est malheureusement  une vérité connue des auteurs, l'épouse légitime s'ingénie trop souvent à faire obstacle à l'expansion du génie.

(Apparaît Georgette, émergeant sans doute de sa cuisine. Elle s'encadre dans l'entrée, les poings sur les hanches, et considère son jules sans indulgence.)

Georgette - Hum!...

Réalisant que sa femme est là qui le regarde, Abel opère en vitesse quelques manipulations de camouflage et de sauvegarde avec sa souris.

Abel - …Je pose quinze et je retiens vingt…un lot de torchons, huit euros…Trois bananes et quatre mandarines, trois euros…douze litres de sans plomb…Ah! Tu étais là…

Georgette - Où chercher Abel quand on a besoin de lui? Devant l'ordinateur, évidemment! Mais tu y passes ta vie, ma parole!

Abel - Je mettais au net le budget de la semaine…

Georgette - Et tu as besoin de brancher ce truc pour une addition et une soustraction?
Entre ton fils qui s'éternise sur Internet et toi qui pianotes je ne sais quoi à longueur de journée, vous êtes la providence d'EDF.

Abel, penaud - Oh, tu sais, ça consomme très peu!

Georgette - On en reparlera quand on aura reçu la facture. Sans compter l'encre pour l'imprimante, les rames de papier, les modes d'emploi pour les nuls dans ton genre, le dépanneur et j'en oublie! Enfin…quand ce sera cuit, tu n'oublieras pas de descendre te mettre les pieds sous la table, je suppose! En tout cas, moi, je ne t'appelle plus! Si c'est froid quand tu auras daigné descendre, tu mangeras comme c'est ! (Elle retourne à ses occupations. On l'entend bougonner)…Monsieur n'en branle plus une…Toutes les corvées, je me les tape…ça commence à bien faire, moi je te le dis…Quand Mémère va se mettre en grève, un qui sera tout étonné, j'en connais un…j'en connais un…

Abel, reprenant le fil de sa réflexion après un gros soupir et un gros coup nerveux sur la souris pour réafficher son programme

- ….Boulevard des Parodontistes à Jouy-en-Josiane… Un canapé…

Fond musical discret. Deux des personnages entrent et, dans un ballet silencieux, installent ledit canapé.

Abel - Non…là…Un peu plus (geste)… un peu plus..là!

Les personnages rectifient la position du canapé, puis sortent, dans le même mouvement légèrement dansant.

Abel - Un fauteuil…

Un autre personnage apporte le fauteuil et le place Puis il sort.

Abel - Une ou deux vagues chaises…

Même jeu pour les chaises, par d'autres personnages

Abel - Un Bar.

Deux autres personnages entrent, constatent que le bar est déjà là, s'apprêtent à ressortir.

Abel - Ouvert, le bar (Ils l'ouvrent). Sur le bar, une bouteille de scotch (Un bras sort des coulisses, tendant ladite bouteille)…non… trois bouteilles (les bouteilles supplémentaires sont tendues et posées sur le bar). Quelques verres…(même jeu pour les verres, puis les personnages qui avaient disposé bar, bouteilles et verres sortent, toujours dans le même mouvement dansant.)

Abel - Le bric-à-brac approximativement scénographique étant défini, allons-y pour le spectacle consensuel et familial, avec, comme objectif prioritaire et primordial, le souci de ne choquer personne en évitant d'emmerder tout le monde. Gaston…

Entrée de Gaston. Il va suivre les indications d'Abel. Les deux autres en feront autant.


Cette fois-ci,  je me sens irrésistiblement entraîné. A Dieu Vat !

Aucun commentaire: