vendredi 7 janvier 2011

A quoi m'aura servi de vivre

A devenir un tout petit peu moins con. Un tout petit peu plus lucide. Un tout petit peu moins lâche  et moins velléitaire. Un tout petit peu moins égoïste. Un tout petit peu moins malpropre. Un tout petit peu plus aimant.  Un tout petit peu plus serein.

Pas beaucoup, car je n'étais pas doué. Mais un tout petit peu quand même. Et ce n'est pas rien.

Ainsi, quand l'heure viendra, je pourrai me dire que je n'aurai pas vécu pour rien.

Une scène du si beau Raging Bull, de Martin Scorsese, m'a ému aux larmes : c'est, à la fin du film, quand Jake La Motta, dans son désespoir, se tape la tête et les poings contre les murs de la cellule où l'ont conduit ses errements, en s'insultant : "Comment peut-on être aussi con? Comment peux-tu avoir été aussi con, aussi insensé ? "

La vie m'aura épargné (espérons que ce sera jusqu'au bout) de me retrouver sans recours pris au piège de ma propre folie. Après tout, je n'étais pas moins exposé que d'autres à la tentation de me livrer à diverses acrobaties imbéciles sans filet. J'ai toujours eu le goût du cirque, et, au cirque, l'acrobate est le frère du clown.

Pour paraphraser Valéry, la bêtise a été mon fort. Elle l'est toujours. Elle le restera. Tout ce que je sais, c'est que je suis bête. En avoir conscience, c'est déjà quelque chose. C'est mon petit lumignon, dans mon obscurité.

Il me semble (c'est peut-être une des raisons qu'on a de la trouver attachante, malgré tout) que notre époque poursuit, mine de rien -- via les écrivains, les cinéastes, les philosophes, mais pas seulement eux  -- un débat riche et passionné sur les passions. Rien de plus actuel, au fond, que les méditations de nos classiques -- d'un Descartes, d'un Pascal, d'un Corneille, d'un Molière, d'un Racine, d'une Madame de Lafayette, d'un La Rouchefoucauld ou d'un  Vauvenargues -- sur la nature, les dangers, plus rarement les bienfaits, des passions.

C'est toujours émouvant de redécouvrir la lune.

Le long apprentissage de la sérénité passe par un apprentissage du dépouillement -- apprentissage qui passe, pour chacun,  par une réflexion assidue et sans complaisance sur son propre rapport aux passions et au désir. Et sur ce qui, dans la vie, vaut vraiment d'être expérimenté et vécu.


Martin ScorseseRaging Bull ,  avec Robert De Niro dans le rôle de Jake La Motta

Aucun commentaire: