dimanche 5 juin 2011

Comédie

On nous annonce que la jeune comédienne Juliette (artiste invitée) a commencé les répétitions  de Comédie, de Samuel Beckett.

Dans Comédie, texte peignant avec une tonifiante férocité la relation d'un couple, Beckett (qui avait des idées très arrêtées sur la mise en scène de ses pièces) s'est arrangé pour contraindre d'une façon aussi verrouillée que possible, les éventuelles mises en scène du futur, à l'aide d'indications très précises sur la scénographie et les éclairages. Les jarres, où sont stockés les personnages remplacent les poubelles de Fin de partie. Les jarres ont pu avoir, dans les civilisations anciennes, une fonction funéraire (Egypte, etc.). Cette connotation n'est pas à négliger du lecteur et du spectateur de Comédie.

La jarre utilisée par la jeune Juliette servit jadis à stocker des olives ou des céréales. Le vernis débordant à l'extérieur de son col  servait (outre sa valeur décorative) à décourager les rongeurs. Celle-ci date du XVIIIe siècle. Elle porte une série d'estampilles fleurdelysées, avec une légende illisible.


Des jarres plus récentes (XIXe et début du XXe siècle) portent sur leur panse des coulures vertes, bleues ou jaunes, qui viennent des pièces vernissées placées au-dessus d'elles dans le four de cuisson. Ces jarres ont leurs lettres de noblesse artistiques : elles figurent dans des tableaux de Renoir, qui, lors de son séjour à Magagnosc-de-Grasse, les y fit figurer. On en voyait encore, voici quelques années, dans les restanques au-dessus du village. Certaines furent produites dans la région de Fréjus, où la production en série de pièces de terre cuite remonte à l'antiquité.

Aucun commentaire: