jeudi 4 août 2011

Beautés de l'anglais

Tout à l’heure, dans un feuilleton de grande audience, un garçon disait à un autre garçon :

 » D’accord, j’ai couché avec toi l’autre soir, mais c’était un one shot « .

Je ne connaissais pas l’expression mais elle m’a ravi par sa précision, sa technicité et son exquise poésie.

Et l’on dira que les Français ne sont pas anglophones. Ils sont en passe de le devenir, en tout cas.

Cela m’a donné envie de revoir Winchester 73. . Ou de relire La fille du fermier de Jim Harrison : c’est une experte à la carabine.

Jim  Harrison est une des grandes figures de l'école du Montana. Son écriture a la rudesse et la poésie des grands espaces de montagnes et de forêts où, parmi les loups, les élans et les ours, évoluent quelques solitaires de haut relief. On se dit en le lisant que les Américains ont bien de la chance d'avoir ces immenses espaces de nature presque vierge; chez lui, le Nouveau Monde continue de mériter son nom.


Aucun commentaire: