mercredi 5 octobre 2011

" Une enfance lingère " , de Guy Goffette

Guy Goffette est un de nos bons poètes et prosateurs. Son court récit, Une enfance lingère (2006), a été couronné par le prix Victor Rossel et le prix Marcel Pagnol. Pour le second, on ne s'en étonnera pas, puisque Goffette  y évoque avec humour et un brin d'attendrissement des souvenirs d'enfance.

Une enfance lingère est avant tout un hymne aux petites culottes (roses ou bleues) et, bien entendu, à ce qu'elles dissimulent d'un voile pudique (?). Récit des étapes d'une initiation amoureuse et sensuelle dans un cadre campagnard au milieu des années 50, le livre vaut par sa délicatesse et sa sincérité souriante. Ce qui lui manque sans doute, c'est un peu de rudesse; on voudrait s'évader un peu du vert paradis des amours enfantines. Bref, c'est un peu mièvre,  tout ça. Divertissement de l'après-midi, qu'on n'oubliera pourtant pas, auquel on reviendra peut-être : c'est déjà pas si mal.

Le texte fait alterner des interventions à la première personne, où l'auteur semble prendre la parole, et des apparitions d'un  certain Simon, double évident du premier. Vestige d'un essai de mise en forme romanesque plus poussée? On ne voit guère, en  tout cas, l'intérêt de cette double instance.


Guy Goffette, Une enfance lingère, Gallimard/Folio)



Aucun commentaire: