samedi 1 octobre 2011

Zobi la mouche

J'ai vu l'autre jour à la télé un très intéressant documentaire sur la mouche. Il paraît que la mouche a une autre perception du temps que nous : elle vit à un rythme accéléré. Conséquence : elle perçoit nos mouvements au ralenti. Aussi, quand, armés de la tapette, nous nous apprêtons à la squeezer, elle a tout le temps de voir venir, et, neuf fois sur dix, elle nous échappe.

Je me suis effectivement rendu compte qu'au fil du temps, j'ai eu de plus en plus de mal  à attraper les mouches. C'en est au point que je m'en remets aujourd'hui exclusivement au papier collant.

Il n'en était pas ainsi dans mon enfance. Ma petite soeur et moi n'avions pas nos pareils pour attraper les mouches. Quand une mouche se pointait, la main en cuiller et chtac : dix fois sur dix la mouche était prise.

Ensuite, on lui arrachait les ailes, schlong schlong, puis les pattes, schtix, schtix, schtix, schtix , schtix, schtix... au fait, combien qu'elle a de pattes la mouche, et d'ailes ? je me rappelle pus, alzimémère, alzimémère... Puis on lui coupait la tête, schloc !

Jusque vers dix ans, j'ai beaucoup martyrisé les mouches. Ensuite, je suis entré dans un processus d'hominisation (comme dit Edgar Morin)  qui m'a tourné vers d 'autres jeux..

En attendant, le fait que je sois devenu inapte à attraper les mouches me pose problème :

1/ est-ce un effet du vieillissement ? Probabe. Voire un signe d'Alzimémère ? pas impossible.

2/ les mouches d'aujourd'hui sont-elles les mêmes que les mouches de mon enfance ? Effet du réchauffement climatique ? Mutations génétiques, avec production de mouches super-rapides? la question reste ouverte.

A ce stade de ma recherche, je m'en tiens à une constatation relativiste , que je peux formuler ainsi :

Moins j'avance plus vite lentement,  plus la mouche s'envole moins lentement vite.

A moins que ce ne soit le contraire. 

Le Grand Albert n'eût pas mieux dit.


( Posté par : Guy le Momô )

Aucun commentaire: