lundi 19 décembre 2011

Ceci est ma chair, ceci est mon sang

Pour la messe de Noël, j'ai proposé à l'archiprêtre de commander chez le meilleur pâtissier du coin un Christ en croix grandeur nature, entièrement en nougatine et pâte d'amandes de diverses couleurs, fourré à la crème pâtissière, avec, à la place de la traditionnelle couronne d'épines, un paris-brest du bon diamètre. Les épines et les clous seraient en chocolat (Côte d 'or noir de noir, c'est celui que je préfère). Des plaies, grâce à un ingénieux mécanisme, jailliraient des giclées de liqueur à la cerise, les larmes seraient au grand-marnier. Ainsi, pour relayer un peu le miracle de Saint-Janvier, on aurait un miracle de Saint-Décembre. La communion consisterait en une cuillerée de crème pâtissière, un bout de nougatine ou de pâte d'amande, au choix, administrée par l'archiprêtre. En tant que généreux donateur, je me garderai le paris-brest. L'archiprêtre a réservé sa réponse, j'espère que ce sera oui.

Je compte bien que, grâce à cette initiative, les paroissiens afflueront à la collégiale, signe d'un renouveau de la foi et, pourquoi pas, des vocations.

Notre époque est favorable aux progrès de la religion, il  suffit de prendre les bonnes initiatives. Quand je pense que ce pauvre Christ et ce brave Mahomet ne pouvaient compter, pour écouter leurs prédications, que sur quelques centaines de pouilleux probablement analphabètes et totalement incultes, je me dis que, grâce aux miracles de la technologie, ma prédication pour la crème anglaise, la nougatine, le chocolat Côte d'or (noir de noir !) peut être accueillie, avec la faveur que l'on imagine, directement à domicile et au coin du feu, par des centaines de millions d'andouilles à travers le vaste monde. Quel progrès ! Et quelle satisfaction pour un  esprit vraiment religieux, tel que moi !  

Je crois aux miracles. L'autre jour, au supermarché, je suis resté en arrêt et en extase, au moins un bon quart d'heures, devant un paris-brest tout frais pour huit personnes. Je me suis agenouillé en prières. Le miracle n'a pas eu lieu mais il finira bien par avoir lieu. Vive Dieu et la crème pralinée !

La paix soit avec vous. Et avec vos esprits animaux.

Aucun commentaire: