samedi 31 décembre 2011

On m'a volé mon biau chapeau oh oh oyh !

Je remontais le flux de mistral, dans mon manteau noir, mon pantalon noir, mes gants noirs, mon écharpe noire remontée jusqu'aux yeux, sous mon chapeau noir (vide supra).

Très content de mon look. Je me faisais penser à Sartre dans les courants d'air ou à quelque Arsène Lapin sorti de son trou pour tenter un coup. D'ailleurs, entré en coup de vent chez la boulangère, je sortis d'un coup mes mitaines de mes poches et lui fis le coup  de Jack l'Etouffeur en lui réclamant la caisse d'une  voix étranglée. "Arrête, Jeannot, me fit Carine (une certaine intimité nous lie), arrête Jeannot me fit Nadine, je t'ai reconnu sous ta burka. ". Ah ah ah !

Quelque peu peu déconfit et retrouvant le vent, j'omis un instant de tenir mon chapeau, le temps de fourrer la miche de Nadine de Carine dans ma  nuisette dans ma musette. C'est alors qu'un qui ? qu'un quiqui ? qu'un quidam que je pris d'abord pour un so pour un soso pour un sosie (manteau noir, gants noir, pantalon noir, écharpe noire), n'étaient d'épaisses papillotes (ou ramistouflettes) artistement tressées, et une barbe fleurie (noires),  me rafla mon coufre-Jeff  mon couvre-chef du chef, s'en coiffa le self de chien le chien de Jeff  le sien de chef et s'enfuya et s'en fut et s'enfuit.  Pffui.

" Eh, mion biau chapiau, ho ho hoy ! ", m'écriai-djeuh !

-- L'an prochain à Jérusalem ! me lança mon voleur, avant de s'engouffrer dans la rue de la Collégiale, poussé et troussé par un mistral furibard et complice. Détroussé et défrisé, je mordis rageusement dans la miche de Nadine ( de Carine ).

-- Ah ! mon vieux complice ! s'écria la grosse Germaine, me reconnaissant à mon absence de chapeau.

-- Eh, la peau de mes couilles aussi, ma bonne amie. Ce que c'est que deux nouilles ce que c'est que de nous.

La paix soit avec Nous. Et avec Nos esprits animaux.


Serait-ce mon voleur ? Mais alors les papillotes ? rasées ? Postiches ? Et puis je ne lui trouve pas tellement l'air d'un vieux croyant.

Aucun commentaire: