samedi 21 janvier 2012

La castagnole de fond ou le Midi de Papa ( 1 )



" Les salles de sport loin d'être saines "

C'est le bandeau en gros caractères du gros titre du numéro d'aujourd'hui de mon quotidien local (superbe série de "de", ne trouve-t-on pas ?).

Voilà en effet une question qui méritait d'être soulevée, surtout en pleine épidémie de gastro-entérite. En plus le problème ne se limite pas à la région. C'est une urgence nationale. Bon, c'est vrai que mon quotidien local préfère généralement vérifier la propreté des vestiaires des salles de sport que celle des coulisses de l'UMP et du PS (surtout local), J'en suis d'autant plus à l'aise pour lui rendre justice quand il le mérite.

J'aime bien mon quotidien local ; la preuve, c'est que je le lis depuis plus de quarante ans. Je le trouve plutôt bien fait, lisible,bien informé.

Comme tout quotidien local, le mien est peu ou prou le reflet de sa région. Et ici, c'est l'ambiance Pagnol. Le plus souvent Pagnol / César. Parfois Pagnol / Topaze. J'ai tendance à préférer l'amertume désabusée de Pagnol / Topaze. Je le tiens pour un des écrivains vraiment utiles à lire dans un pays où l'on néglige encore trop souvent de se laver le cul après avoir déféqué et de veiller à l'hygiène des salles de sport, surtout des toilettes.

Néanmoins -- probabilités obligent -- c'est par Pagnol / César que, jeune primo-arrivant, je  pris vraiment contact avec l'ambiance régionale, via mon quotidien local.

Il s'agissait d'un article sur la castagnole  de fond, article de fond (trop tentant, n'ai pu m'en empêcher) nous faisant découvrir un  poisson des profondeurs (j'arrête, j'arrête) tirant sur le mérou mais avec un côté requin prononcé. Deux fins pêcheurs du voisinage en avaient tirée une des... des... -- bon -- pas plus tard que l'avant-veille. Le correspondant local de mon quotidien local s'en était  allé les interroger sur leur exploit. J'ai oublié les détails de l'article mais je me souviens de la photo comme si c'était hier. Elle avait été prise au bar (pas le poisson, l'établissement) du port. Au premier plan trônaient les deux héros de cette partie de pêche exceptionnelle,  peu peignés, ahuris comme des candidats au BEPC qui viennent d'apprendre que, contre toute attente, ils ont été reçus, encadrant la castagnole, la tête en bas, l'oeil con bien connu du monstre des profondeurs qui s'est bêtement laissé surprendre. Au second plan, le bar (le meuble, pas le poisson) chargé de verres et de bouteilles (Pastis 51, publicité gratuite) prêtes pour fêter l'événement. Au troisième plan, le patron (c'est ma tournée) , la tignasse abondante, peu peignée, gras-mouillée (publicité gratuite pour Dop Dop Dop, le patron adopte Dop), un large sourire béat, l'air d'avoir marché sur les flots, sorte de Christ de la plage avé le peigne dans le maillot. Au troisième plan, une vaste glace où se reflétait (de dos) le soupçon de calvitie du Prophète au fenouil, celui des deux nemrods des mers et la queue requinesque de la castagnole. Toujours dans la glace (mais de face) les bouilles grimaçantes des galopins du coin, écrasées aux vitres. On saisissait tout de suite les références artistiques du photographe, entre "Le Bar aux Folies-Bergères" et le bal à la Vaubyessard. En somme la castagnole de fond ouvrant le bal à la Vaubyessard dans les bras du bar des Folies-Bergères. Merveilleuse soirée, n'est-il pas? Puis-je savoir votre prénom ?  -- Alice.

Je découpai l'article et l'affichai au panneau de liège, pour l'édification des collègues. Quelques uns le lurent, avec sérieux. Aucun ne rit. Ils n'avaient pas la fraîcheur des primo-arrivants, comme moi.

Je ne tardai pas à découvrir l'autre versant de l'ambiance (le côté Pagnol / Topaze) , mais je me sens un peu fatigué. Ce sera pour plus tard.


( Rédigé par :  Babal )

Bouh !












Aucun commentaire: