samedi 7 janvier 2012

Les héros de l'autoroute

Certaines chaînes de télévision (TF1 notamment) se sont fait une spécialité des reportages sur les activités de ces professions à risque que sont les pompiers, la police et les équipes de secours et d'entretien qui interviennent sur les routes et autoroutes, dans des conditions souvent périlleuses.

Fort bien . Nul ne songera à nier l'utilité de ces professionnels ni les dangers qu'ils courent au quotidien.

Ce qui fait problème, c'est la mise en forme de ces reportages qui grossissent et dramatisent la réalité à outrance, à coups de télescopages de séquences qui lui confèrent un rythme échevelé. Les interventions haletantes du commentateur (c'est généralement un homme, on est dans le viril pur et dur) sont à l'unisson :  panique à bord, braillements, courses frénétiques, bolides dans la nuit Une louchée de musique d'ambiance, et le reportage tourne carrément au reality show.

Les modèles que copient les fabricants de ces émissions ne sont pas difficiles à trouver : ce sont les téléfilms de fiction tels qu' Urgences ou FBI portés disparus, dans lesquels on retrouve les mêmes techniques de montage, la même tension dramatique, la même ambiance.

Tout doucettement, le téléspectateur est invité à ne plus trop faire le partage entre la réalité et la fiction et à confondre notre prosaïque quotidien avec un film de cow-boys. Les bons, trop peu nombreux (tiens, pourquoi ?) mais héroïques affrontent la horde des mauvais  (malfrats, inconscients etc) dans  une représentation manichéenne du réel dont  les complexités et les vrais tempos sont escamotés.

Il va de soi que ladite représentation est  absolument neutre politiquement et dépourvue de toute arrière-pensée, électorale en particulier.

Je vais bien tout va bien. Je peux dormir sur mes deux oneilles. Rambo est là qui veille sur moi. Votez Jeanne d'Arc !

Rituel de compensation sans doute, j'ai rêvé cette nuit que le père Bouygues se faisait  sodomiser en temps réel, sans musique d'ambiance et sans vaseline, dans une sanisette d'autoroute par un loubard déguisé en pompier. Je me suis réveillé tout guilleret  et sifflotant. Tiens, je m'en vas, à mon pas de sénateur quotidien, voire si  Marine -- que dis-je, si Nadine a pensé à me garder ses miches.


( Posté par : Momus )




Aucun commentaire: