lundi 20 février 2012

Papyrus : le retour

J'ai pris l'habitude de renvoyer mes (éventuels) lecteurs à des billets antérieurs à l'aide de la formule "vide supra" ("voir ci-dessus").

Mais ci-dessus, il n'y a rien, vu que, pour lire dans l'ordre chronologique les articles d'un blog, on ne remonte pas, on descend, au  contraire.

J'utiliserai donc dorénavant l'expression " vide infra ", plus conforme à l'usage réel.

Au fond, lire un blog revient à renouer avec une très ancienne façon de lire : celle du rouleau de papyrus (de parchemin plus tard). Pour lire, on déroulait le rouleau, et on lisait d'abord ce qui avait été le plus récemment noté.

Ainsi, le scribe du palais inscrivait-il sur son rouleau le nombre de têtes des troupeaux royaux.

On voit très bien cela dans le Don Giovanni de Joseph Losey, quand Leporello déroule la liste des conquêtes de Don Giovanni.

Du reste, une liste d'anciennes maîtresses n'est  rien d'autre qu'une liste de bêtes à cornes.

La mienne (de liste) tient à l'aise sur un rouleau de papier à cigarettes.

Tenait.

Je l'ai fumée.

Un blog est un rouleau de papyrus virtuel. De là aussi l'expression : "menu déroulant ".


La paix soit avec le scribe. Et avec ses rouleaux.




Aucun commentaire: