mercredi 7 mars 2012

" Les Lois" de Platon : un nouveau défi pour Badiou


Voici quelques années, les Comédiens Français osèrent ce beau défi : monter le Banquet de Platon démontrant ainsi l’exceptionnelle et géniale théâtralité des textes du Maître de l'Académie.

Mais était-il besoin de la démontrer ?…Car tout familier de cette oeuvre s’est très tôt convaincu de cette théâtralité. Il suffit pour cela d’ouvrir le Protagoras, le Phédon, le Théétète, le Gorgias… Je rêve depuis longtemps d’écouter un comédien rendre justice à la vivacité, à la couleur, à la capacité d’emporter la conviction de cet extraordinaire outrage au public qu’est l’Apologie de Socrate.

Débordant d'énergie, je me suis mis, hier soir, à la relecture intégrale des Lois (dans le texte grec, bien entendu), que j’ai achevée aux aurores (je lis vite).

Beaucoup de choses ont été dites sur les Lois. Mais je ne sache pas que beaucoup de commentateurs aient souligné leur potentiel théâtral. Eh bien, au sortir de cette relecture, je n’en puis plus douter : ce potentiel existe, et comment! Peu de monuments du Théâtre européen égalent les Lois : cette union parfaite de l’intensité dramatique, de l’ironie la plus subtile, du comique le plus débridé…Oui, Platon, dans les Lois, atteint son sommet en tant que dramaturge.

Il faudrait qu’après le coup d’éclat du Banquet, les Comédiens Français osâssent monter les Lois. Mais attention : dans le texte intégral. Impératif catégorique du texte intégral! je crois me rappeler qu'ils avaient osé couper dans le texte du Banquet. Comment avaient-ils pu? N’était-ce pas suggérer (sacrilège!) qu’on pouvait s’ennuyer au Banquet, que certains passages étaient plus faibles que d’autres? que, de toute façon, le public ne supporterait pas un spectacle d’une telle longueur? Quel mépris du public! Et Mouawad, hein? Mouawad… J’en connais qui, l'autre année, en Avignon, étaient déçus que Mouawad s’arrête à dix heures du mat’. Ils étaient prêts à en reprendre pour 24 heures! C’est pour ce public-là qu’il faut jouer.

Les Lois attendent leur metteur en scène. Un metteur en scène d’exception, évidemment. Quelqu’un qui aime monter des spectacles courageusement interminables, qui sache rester impavide quand les derniers spectateurs encore dans la salle se défilent vers les issues de secours. Un Olivier Py, par exemple, mais un Olivier Py qui aurait beaucoup monté Feydeau. Les “Lois”, montées par Olivier Py au Cirque du Soleil, dans une dramaturgie d'Alain Badiou, et dans l’esprit de Feydeau, quel événement extraordinaire ce serait!

Et puis, oui, allons, osons l’avouer, la longueur des Lois peut rebuter: dans ce cas, pourquoi ne pas faire revivre cette vénérable tradition de l’Opéra de Paris au XIXème siècle : le ballet! C’est en introduisant des ballets dans l’assommant Don Carlos de Verdi que la direction de l’Opéra de Paris réussit à garder des spectateurs, lors de la création parisienne, jusqu’à la dernière représentation.. Je vois très bien, dans les Lois, des intermèdes réglés par Blanca Li, avec, projetés sur un écran géant, les personnages de l’Ecole d’Athènes, de Raphaël, mais animés, par la magie du 3D, comme dans le Jardin des délices. Et puis, cet humour pas toujours convenable de la chorégraphe espagnole me paraît s’accorder parfaitement avec le comique déjanté de tant de scènes des “Lois”.

Mais, surtout, il faudrait une réécriture intégrale des Lois par Alain Badiou . L'éminent philosophe et dramaturge est tout désigné pour nous livrer une version modernisée des Lois dans le plus pur esprit du vaudeville. La corporéité dénudée des girls du Moulin rouge pourrait contribuer grandement à mettre au jour les vérités éternelles, recélées par le texte (relouqué par Badiou) des Lois.

J’aurais pu être tenté par ce magnifique défi. Mais je suis actuellement pris par un projet dont je rêve depuis l’enfance : monter Le Monde comme volonté et représentation, de Schopenhauer, dans le texte intégral et en ajoutant les notes (dans la traduction nouvelle publiée en “Folio”). Et, cerise sur le gâteau, suprême défi de ce rêve un peu fou : oser le monologue! 


La paix soit avec nous. Et avec nos esprits animaux.


( Posté par : Jambrun )

Aucun commentaire: