mardi 27 mars 2012

Odi Trousse-Canum vulgus et arceo

Je hais les euphémismes. Nos médiatiques de tout poil en raffolent, sans doute par peur panique de blesser qui que ce soit : pensez donc, un procès est si vite intenté, à l'heure où un  père de famille qui, depuis longtemps avait laissé en rade la petite famille, s'avise de porter plainte contre la France  -- c'est-à-dire contre nous tous -- au motif que nos policiers ont déquillé son assassin de fiston.

Un de ces euphémismes abusivement institués, c'est "mis en examen". Ah que c'est plat ! que c'est insuffisant. Comme je préfère le bon vieil  "inculpé", de l'époque où l'on ne s'embarrassait pas à l'excès de présomption d'innocence.

C'est ainsi que le célèbre Menotté de Manhattan, le convict de Ryker's Island, le dénommé Trousse-Cane, le bien nommé, se retrouve inculpé de  proxénétisme aggravé en bande organisée . Ah ! que ces termes font chaud au coeur ! Ah ! que ces mots sont doux ! qu'ils sont intéressants !Cette fois-ci, c'est le déshonneur public, la casserole bien accrochée, en attendant une bonne grosse condamnation. Merci, Messieurs les Juges d'instruction .

Ah! comme je suis content ! Ma haine du Trousse-Cane et de son invraisemblable Cocue magnifique trouve une appréciable satisfaction. Le couple devrait s'abstenir un temps de paraître aux étranges lucarnes et de rôder du côté de Cambridge ou du Conseil de l'Europe, et ses thuriféraires de tout poil la mettre un temps en veilleuse. C'est déjà ça. Ils commençaient vraiment à nous gonfler, ces empaffés. Mais il est vrai que l'impudence n'a pas de limites.

Merci de tout coeur, Messieurs les Juges d'Instruction . Vous faites honneur à la justice française.

S'agissant du douteux (respectons la présomption d'innocence) Trousse-Cane, je préconiserais, s'il était condamné (respectons les formes légales), l'enfoncement public du petit bout de bois dans les oneilles.


La paix soit avec nous. Et avec nos esprits animaux.




Aucun commentaire: