dimanche 8 avril 2012

Manhattan photographié par Andreas Feininger : un décor pour "l'Enfer" de Dante ?



Ce n'est pas non plus un projet de décor pour Metropolis.

Cette vue de Manhattan, signée Andreas Feininger, date du début des années quarante du siècle dernier.

A l'époque, on ne parlait pas de qualité de l'air, ni de nano-particules.

Au fond de ces tranchées, entre ces tours plantées de guingois, des humains respirèrent chaque jour les fumées âcres de l'enfer.

Quand on regarde un cliché comme celui-là, on se dit que l'avènement de la couleur en photographie est, somme toute, une régression.

Un des rares à l'époque à vraiment maîtriser la couleur comme moyen d'expression artistique, c'est Ugo Jaeger. Mais il n'a pas bonne presse. A tort car il n'a pas été seulement un des photographes officiels de Hitler. Il est vrai que l'Allemagne possédait alors quelques années d'avance en matière de technique photographique .

The Artist  évoque les difficultés que connurent beaucoup d'acteurs du cinéma muet pour s'adapter au parlant. Cinéastes et photographes ont dû rencontrer de semblables difficultés lors du passage à la couleur.  Les clichés couleur d'Andreas Feininger sont loin d'avoir la qualité expressive de ses noir-et-blanc.

Source :   archives Life

( Rédigé par : Gérard. Choix de l'image : Toinou chérie )

Aucun commentaire: