mardi 15 mai 2012

Le scandale de l'Elysée-Hôtel

Le moment si longtemps attendu par tous les électeurs progressistes de ce pays était enfin arrivé. Sur le perron de l'Elysée-Hôtel et sous l'oeil bienveillant des caméras du monde entier, François Nollandais, le président élu, serrait la main de Nicolas Narkozy président sortant. Poignée de mains chaleureuse, ma foi, et qui fut même complétée d'une accolade imprévue. Puis les deux hommes pénétrèrent, main dans la main, dans l'édifice.

Nicolas Narkozy fit découvrir à son invité les appartements présidentiels.  " Mais j'y pense, cher François, lui proposa-t-il avec l'exquise urbanité qu'on lui connaît, peut-être désirez-vous vous rafraîchir ... Oui ? C'est car là. "

François Nollandais aurait dû être mis en garde par ce lapsus, mais, charmé par l'accueil un peu inattendu de son hôte et pas mécontent de s'abluter quelque peu la tronche, il pénétra sans se faire prier dans une chambre meublée d'un lit à baldaquin et ornée de vases de fleurs aux senteurs entêtantes. Sur un guéridon, six pots de yaourt à la vanille. Il avait toujours adoré les yaourts à la  vanille, dont il connaissait les vertus aphrodisiaques, et il savait qu'au retour Valérie exigerait tout son dû de son grand homme. Aucune caméra n'était en vue ; il se jeta dessus et les engloutit.

Il finissait de s'en pourlécher quand, sortant de la salle de bains, parut la merveilleuse Carla Pruni-Narkozy. Son corps parfait  était  moulé dans une adorable petite robe très ajustée. Elle s'était inondée de n° 69 de Chanel, le parfum des grandes courtisanes, celui-là même dont la belle Otero avait usé pour séduire Charles-le-Chauve.

Elle fut tout de suite près, très près de François Nollandais, qu'elle complimenta fort pour sa prestance, glissant quelques allusions transparentes à son exceptionnelle virilité....

François Nollandais, on s'en doute, n'était pas de bois. On doit à la vérité de reconnaître qu'il b.....t comme un vulgaire Julien Dray. Un palot de concours, le corps divin follement peloté, ce fut l'affaire d'un instant, et déjà le couple, renversé sur le lit...

-- Mais, j'y pense, doux François, interrompit Carla, sans cesser de flatter son... sa... , mais j'y pense, à trois, c'est très beaucoup mieux... Ma chérie, tu peux venir!

La porte de la salle de bains s'ouvrit à nouveau et voici qu'apparaît une délicieuse soubrette en nuisette de soie prune, jeune Zambézino-corrézienne  âgée seulement de quinze ans (mais François Nollandais n'est pas censé connaître ce détail), nommée Kiloutou Diploplo.

Kiloutou Diploplo rejoint sur le plumard le couple présidentiel et c'est la fête à la maison.

-- Oh oui, mords-moi, chéri ! Plus fort que ça... Jusqu'au sang. C'est ça !

-- Griffe moi, mon François, enfonce bien tes ongles ! oh  les belles rayures saignantes ! Déchire ma petite robe !

Etc...

On se doute que derrière la porte, Nicolas enregistrait  ces intéressants et bruyants échanges, on ne sait jamais, des fois que pour le prochain divorce...

-- On te laisse un instant, chéri, le temps de nous refaire une beauté.

Et voilà François tout seul dans la chambre, riant aux anges à la renverse, sans se rendre compte que ses amies ont emporté, l'une son pantalon, l'autre son slip.

Pendant qu'il reprend doucement ses esprits, Carla et Kiloutou appellent en hâte la police des moeurs et le GIGN, dénonçant un viol aggravé en réunion avec  mineure de quinze ans.

Sur le perron de l'Elysée-Hôtel et sous l'oeil malveillant des caméras du monde entier, François Nollandais apparut entre deux costauds en costume-cravate, la quique à l'air et menottes aux mains.

" Le Perv" , titra le Figaro dans son numéro du lendemain, avec une photo couleur gros plan sur le corps du délit.

Mais bof, dans notre beau pays, on n'est pas à un scandale ni à une élection près.


La paix soit avec nous. Et avec nos esprits animaux.

(Rédigé par : Babal )

Vous avez dit Machiavel ?




1 commentaire:

JC a dit…

L'homme politique à abattre, comme le séduisant Dominique, était tombé, jadis, dans un traquedard d'étage bien conventionnel... admirablement porté au niveau international par les autorités compétentes !

On peut penser que ces pratiques subtiles s'appliqueront bientôt à de nouveaux membres imprudents...