samedi 23 juin 2012

Henry James voyage en France

L'été et les vacances approchent, et quel guide plus charmant pourrait-on conseiller aux touristes que ce Voyage en France, par Henry James, que Robert Laffont a réédité dans sa collection Pavillons poche ?

James parcourut la France à l'automne de  1882, en commençant par la Touraine ; elle lui inspire une série de chapitres qui ouvrent  de la façon la plus  heureuse la relation d' un périple qui le mènera ensuite vers le Midi, d'où il reviendra par le Lyonnais et la Bourgogne.. C'est un voyageur prompt à la sympathie, à l'empathie, qui sait prendre son temps et qui sait voir, les choses et les gens, qui sait capter une ambiance, une atmosphère, et les restitue avec justesse, avec ce qu'il faut d'humour et d'ironie. Il a connu la Touraine à l'époque où ce qui restait de Plessis-lez-Tours, la résidence préférée de Louis XI, était ravalé au rang de cantonnement d'éboueurs,  où Blois, au contraire, rutilait sous les restaurations abusives, où Chambord était encore la résidence du comte de Chambord qui le 5 juillet 1871, invita le peuple français à répudier le drapeau tricolore et la République dans une proclamation que James apprécie en ces termes :

" Cette stupéfiante épître, qui invite virtuellement le peuple français à répudier, comme emblème national, l'immortel drapeau tricolore, bannière de la Révolution et de l'Empire, sous laquelle il  a gagné la gloire qu'il chérit entre toutes et qui est liée à la période la plus romantique, la plus héroïque, la plus épique, la plus réconfortante de son histoire, cet infortuné manifeste, donc, permet de prendre la mesure du sens politique de cet excellent Henri V."

Je me suis jeté sur le chapitre que James consacre à ma bonne ville du Mans. De la gare où il est descendu, il a saisi la particularité du site de la ville, implantée à l'origine sur la crête d'un coteau calcaire s'élevant doucement vers le Nord-Ouest, et qui dévale ensuite sur la vallée où la Sarthe a creusé son lit. Cette disposition géographique me semble assez typique des marges du Bassin Parisien. La ville moderne s'est progressivement étendue aux flancs de ce très vaste coteau, masquant peu à peu la géographie primitive. Quel magnifique spectacle devait offrir, au XIIIe siècle,  au voyageur qui l'abordait par le Sud,  la ville allongée sur sa crête, derrière ses remparts. Beauté, sinon abolie, du moins masquée depuis des siècles, et dont, moi qui ai vécu plusieurs années dans cette ville et croyais la connaître, je n'avais pas su trouver la clé. C'est James, l'étranger de passage, qui me la donne.

Dans la vieille ville, James s'est surtout attardé à la cathédrale Saint-Julien, dont il juge la façade "miteuse", ce qui est un jugement  hâtif ; il est vrai que, lorsqu'on la regarde de l'extérieur, de la petite place sur laquelle elle s'ouvre, on manque de recul pour bien en apprécier les proportions et l'intérêt. De l'autre côté de la place, James s'attarde à décrire une maison ancienne qui doit être la Maison canoniale Saint-Paul.

" Il y a, devant la cathédrale, une place assez tranquille et intéressante, qui comporte quelques bons "morceaux", notamment une tourelle à l'angle de l'une des tours d'une habitation au toit pentu, très belle, derrière des murs  bas qu'elle domine, avec une haute grille de fer. Cette maison a deux ou trois tours pointues, un gros toit noir incliné, et l'apparence générale d 'avoir vécu une histoire. Il y a des maisons qui sont des théâtres et des maisons qui ne sont que des maisons. Le problème de l'architecture civile aux Etats-Unis, c'est qu'elle n'est, Dieu merci, pas théâtrale ; et la chance d'une vieille construction comme la demeure aux tourelles du coteau du Mans est de n'être pas qu'une simple maison. C'est, pour ainsi dire, aussi une personne."  

En dehors de la cathédrale Saint-Julien et de quelques maisons anciennes, James ne décrit guère de curiosités touristiques au Mans. Même à l'époque où j'ai vécu au Mans, entre 1950 et 1964, les richesses de la ville ancienne n'étaient guère mises en valeur ni même visibles. Le quartier du Vieux Mans jouissait encore d'une réputation de quartier mal famé, voué à des activités douteuses, voire de coupe-gorge : dans les années trente encore, l'avenue Wilbur Wright, qui le coupe pour descendre à la Sarthe, y était le théâtre, à la nuit, de règlements de comptes au couteau entre apaches locaux, et les vénérables demeures médiévales abritaient des maisons closes. Ce fut un beau tollé dans la ville, le jour où un journaliste du Canard enchaîné, Georges de la Fouchardière, révéla, au début des années vingt, que ces maisons appartenaient presque toutes... à l'évêché, qui en percevait les loyers ! C'est ainsi que l'évêque du Mans, à l'époque Monseigneur Grente, fut présenté par les milieux anticléricaux comme le principal proxénète de la ville ! (voir les détails sur cette affaire burlesque dans l'article de Wikipedia consacré à ce prélat).

Georges Grente, proxénète malgré lui, fut élu à l'Académie Française en 1936, puis fait archevêque du Mans et enfin cardinal. Les anticléricaux  lui prêtaient, à tort ou à raison, des goûts de luxe qui lui valurent le surnom peu élégant de Pète-en-soie, par lequel mes parents, tragiquement dépourvus de  ferveur catholique, le désignaient en famille, quelle honte quand j'y pense.

Depuis l'esplanade des Jacobins, James admire la vue du chevet de la cathédrale, qu'il trouve "très jolie" . Il n'a cependant pas joui comme moi du privilège d'admirer de haut, par les fenêtres de la salle où je suivais mon cours d'histoire, au lycée Montesquieu (ancien collège de l'Oratoire),  la splendide volée d'arcs-boutants, une des plus belles de France, tandis que la pluie d'un matin d'automne toilettait doucement les ardoises des toitures. Qu'elle était tendre et douce  la pluie du matin sur les toits de ma ville.

Saint Julien, qui vécut au IVe siècle, fut le premier évêque du Mans. Comme de juste, un de mes fils s'appelle Julien. Quand il s'est agi de lui choisir un prénom, c'est plutôt à Julien Sorel que j'ai pensé. Ce n'est que bien plus tard que j'ai fait le rapprochement avec le saint protecteur de la ville de mon enfance. Un lointain signe de reconnaissance un peu narquois du gamin qui suivait le catéchisme ? Qui sait...

Depuis l'époque où James y est passé et où j'y ai vécu moi-même, un intelligent travail de restauration a mis en valeur un ensemble remarquable de ces maisons médiévales et Renaissance, et dégagé les ruines encore imposantes du rempart gallo-romain -- peut-être le mieux conservé de France -- qui domine la Sarthe.

Du Mans, Henry James écrit encore :

" Le Mans, si je ne m'abuse, a une sonorité féodale vigoureuse qui suggère quelque chose de sombre et de carré, une vision de vieux remparts et de grilles. Sans doute avais-je été indûment impressionné par le fait qu'Henri II, premier des Plantagenêts anglais, y était né. [...] Il existe parfois un plaisir à risquer une déception. J'assumai le mien, tel qu'il était, avec suffisamment de calme, alors qu'assis à la terrasse d'un café, sur la place du Marché, avant le dîner, je sirotais un "bitter-et-curaçao" (prétexte inestimable à une telle heure) pour me tenir compagnie. Je me souviens que, dans cette situation , je fus envahi par une impression qui à la fois incluait et excluait toutes les déceptions possibles. L'après-midi était chaude et tranquille ; l'air était admirablement doux. Les braves Manceaux, par petits groupes ou par deux, étaient assis à mes côtés ; mes oreilles étaient bercées par les douces sonorités de l'élocution française, par les syllabes détachées de cette langue parfaite. Il n'y avait rien de particulièrement destiné à charmer ; c'était un spectacle français normal. Cependant je ressentis un charme, une sorte de sympathie, le sentiment de la complétude de la vie en France et de la légèreté et de la vivacité de l'air ambiant, en même temps que le désir de formuler des jugements bienveillants, d'exprimer un intérêt positif. Je ne sais pas pourquoi cette humeur métaphysique m'a pris à ce moment et dans cet endroit-là. Mais cette demi-heure oisive devant le café, par cette douce soirée d'octobre remplie de sonorités humaines, est sans doute le souvenir le plus précis que j'emportai du Mans."

Ainsi, les sonorités du nom du Mans inspirent à James une remarque qui annonce celles que fera Proust sur les noms de lieux, comme Balbec, dans A la recherche du temps perdu. Quelques pages et cent kilomètres plus loin, c'est le nom d'Angers qui l'inspire à son tour :

" Angers la Noire", en bref, est une victime des améliorations modernes, indigne de son admirable nom -- nom qui, comme celui du Mans, a toujours été à mes yeux, hautement chargé de pittoresque. Il a particulièrement belle allure sur la page shakespearienne ( dans King John ) où nous l'imaginons prononcé (bien que la prononciation de l'époque n'ait sûrement pas été celle-là) avec un bon vieil accent insulaire ."

Même si le voyageur réserve une place de choix aux cathédrales, aux églises et aux châteaux, nobles témoins du passé, il n'est pas moins attentif aux moeurs et aux façons d'être des autochtones, comme on le voit dans ce passage sur la ville du Mans. James note à plusieurs reprises le rôle privilégié joué dans la société française par les femmes :

" Il n'y a d'ailleurs en France aucune branche de l'activité humaine où l'on ne risque pas de trouver une femme. De fait, les femmes ne sont pas prêtres, mais les prêtres sont, plus ou moins, femmes. On dira peut-être qu'on ne les trouve pas dans l'armée : quelle importance, l'armée, c'est elles. Elles sont redoutables. En France, il faut compter avec les femmes. "

 C'est ainsi que le récit de James circule avec bonheur entre passé et présent, entre réel et imaginaire aussi. Son livre, publié d'abord aux Etats-Unis, ne se proposait pas seulement d'initier ses compatriotes aux richesses touristiques de la France, mais aussi à une façon particulière de vivre au quotidien dans un pays souvent si beau que ça en est poignant, à un art de vivre raffiné, unique, en somme, ainsi qu'à la littérature française dont James est un connaisseur fin et passionné. Passer par Le Mans, c'est retrouver Scarron ; c'est mieux comprendre Scarron ; s'arrêter à Tours, ce n'est pas seulement visiter Saint-Gatien, c'est se remémorer, c'est mieux savourer les pages du Curé de Tours et du Lys dans la vallée. L'évocation de Clochegourde compense largement la déception de la visite aux ruines sordides du château de Louis XI.


Henry James,   Voyage en France , préface de Léon Edel, traduit par Philippe Blanchard ( Pavillons/poche,  Robert Laffont )

La paix soit avec nous. Et avec nos esprits cénomans.


( Rédigé par :  Jambrun )

chevet de la cathédrale Saint-Julien du Mans




22 commentaires:

JC a dit…

C'est vrai que la géographie, ça craint ! Le Mans, je ne sais même pas où c'est...
Par contre, je connais un peu Beijing et Shanghaï.
(Exact !... cela n'a aucun rapport. Peu importe, on peut vivre sans...)

Anonyme a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
Anonyme a dit…

Thanks fоr finаllу tаlking about > "Henry James voyage en France" < Liked it!
My web page Www.sfgate.Com

Anonyme a dit…

Τhanks for shaгing your thοughts on
lise. Regarԁs

Visіt mу ωeblog ... Http://Www.cruevalle.org

Anonyme a dit…

Hеllo theгe! Thiѕ aгticlе сοuldn't be written any better! Going through this post reminds me of my previous roommate! He continually kept talking about this. I most certainly will send this information to him. Fairly certain he's goіng tο hаve a very gοod reаd.
Many thanκѕ for sharing!

Feel fгеe to visit my web sіte http://armaua.com/profile-1349/info/

Anonyme a dit…

Yeѕ! Finallу something about flаgellatiοn.


Visit my web blog ... Read More
my website > www.prweb.com

Anonyme a dit…

Hey there! I'm at work browsing your blog from my new iphone 4! Just wanted to say I love reading through your blog and look forward to all your posts! Keep up the excellent work!

Here is my page: just click the next article
Also see my web page :: www.latestlike.com

Anonyme a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
Anonyme a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
Anonyme a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
Anonyme a dit…

Thank you foг anοther magnificent article. Τhe place else may just
anyοne get that type οf info in such a pегfесt mannеr of writіng?
I have a presentation next weеκ,
anԁ Ι аm at the looκ for suсh informаtіοn.


Haνe a look at my weblog :: simply Click the next Document

Anonyme a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
Anonyme a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
Anonyme a dit…

Howdy! I reаlize thіs іs somеwhat off-topic but I needed to ask.
Doеs mаnaging а wеll-estаblished webѕitе lіke youгs require
а mаssive amount ωork? І am brand nеw
tο opeгating a blog but I ԁo wгite in my diаry on
a dailу basiѕ. І'd like to start a blog so I can easily share my experience and thoughts online. Please let me know if you have any kind of ideas or tips for brand new aspiring blog owners. Thankyou!

Here is my web-site - Http://Www.Sfgate.Com/Business/Prweb/Article/V2-Cigs-Review-Authentic-Smoking-Experience-Or-4075176.Php

Anonyme a dit…

Hі thеrе, уup thiѕ paragraph іs aсtually рlеasant and ӏ haѵе
learned lot of things from it сoncerning blogging. thanks.


Stoр by my wеblog Read More Here

Anonyme a dit…

Неllο, Neat post. Therе's a problem together with your website in web explorer, could test this? IE nonetheless is the marketplace leader and a large element of people will leave out your great writing due to this problem.

my web page; forum.clockingit.com

Anonyme a dit…

Vеry good website you havе here but I was wonԁеring іf you kneω of anу user ԁiscusѕion forums that cover the samе topicѕ ԁіscusѕed in this aгticle?

I'd really like to be a part of group where I can get advice from other experienced people that share the same interest. If you have any suggestions, please let me know. Thank you!

Feel free to surf to my blog post :: click through the next web page

Anonyme a dit…

It's actually a nice and useful piece of info. I am glad that you simply shared this helpful information with us. Please stay us informed like this. Thanks for sharing.

my web page Recommended Web site

Anonyme a dit…

I сοmment whеn I еspecially enјoy a аrticle
on a ωеbsite or I have ѕomеthіng
tο aԁd to the discuѕsiοn.
Usually іt is caused by the sinсernеss
displayеd in the artiсle Ι read.
Anԁ аfteг thіs post "Henry James voyage en France".
I was aсtually moνеԁ enough to post a commеnta response :) I
actuаllу ԁo hаνe a сouple of questions for уоu
іf it's allright. Could it be only me or does it appear like some of the responses appear as if they are written by brain dead individuals? :-P And, if you are posting at other online sites, I would like to follow everything fresh you have to post. Could you make a list all of all your communal pages like your twitter feed, Facebook page or linkedin profile?

Also visit my blog ... click the up coming web page

Anonyme a dit…

Aw, this was a very nice post. Finding the time and actual effort to create a superb
article… but what can I say… I procrastinate a whole lot and never seem to get
anything done.

my webpage: more

Anonyme a dit…

Heya i am for the first time here. I came across this board and
I find It really useful & it helped me out a lot. I hope to give something back
and help others like you aided me.

Feel free to visit my blog related site

Anonyme a dit…

Hey exceptional website! Does running a blog similar to this take a
massive amount work? I have virtually no expertise in programming but I was hoping to
start my own blog in the near future. Anyways, if you have any recommendations or tips for new blog owners please share.
I understand this is off subject nevertheless I simply had to ask.
Many thanks!

Also visit my website Read More Here