mardi 5 juin 2012

Les conseilleurs seront-ils des payeurs ?

L'inspection Générale des Finances vient de mettre au point un rapport où sont évaluées les économies à faire par l'Etat pour retrouver l'équilibre des comptes à l'horizon 2016 : entre 3,9 et 5,3 milliards d'euros par an.

La parole est à l'imagination et diverses mesures peuvent être envisagées. Par exemple, sachant que le salaire d'un Inspecteur des Finances ou d'un Trésorier-payeur de région en fin de carrière avoisine les 15 000 euros nets mensuels, on pourrait commencer par  diviser par deux le salaire de ces hauts-fonctionnaires, ce qui permettrait de récupérer une bonne dizaine de millions d'euros par an. Il n'y a pas de petites économies.

Messieurs les conseilleurs, à vous l'honneur.

Les possibilités d'économies ne manquent pas. Je recopie sur Wikipedia une brève description du camp militaire de Canjuers (Var) :

"Créé en 1970, avec ses 35 000 ha de terrain, dont 14 hectares de camp bâti, le camp de Canjuers est le plus grand champ de tir d'Europe occidentale. Déjà partiellement utilisé entre les deux guerres, il sert actuellement à l'instruction aux unités françaises et étrangères avec 2 500 personnes permanentes et 10 000 hôtes par an. On y tire 75 000 obus, 1 000 missiles et 1 600 000 projectiles de tous calibres en 330 journées de tir par an. En plus des bâtiments spécialisés, cinq aires de bivouac et des fermes aménagées confèrent une capacité de logement de 5 600 places pour 100 000 hôtes de passage par an. Il est particulièrement destiné à l'entraînement au tir (missiles, artillerie, hélicoptères, chars, etc.) Il est d'ailleurs le seul champ de tir en France permettant les tirs d'exercice de lance-roquettes multiples (LRM)."

Puisqu'il n'est pas question de désespérer les militaires, ne suggérons pas de supprimer ce camp, parsemé d'avens dont les bouches d'ombre évoquent pourtant irrésistiblement autant de gouffres à phynances : il crée des emplois et enrichit l'économie locale ;  mais en se contentant de réduire de moitié son budget de fonctionnement , on économiserait annuellement une belle somme. Je suis sûr qu'en renonçant à tirer quelques milliers de projectiles divers  ( combien coûte un obus ? un missile ? ), on pourrait augmenter substantiellement la dotation du Ministère de la Culture...

Rappelons aussi que l'engagement militaire de la France dans l'interminable et inutile conflit afghan  revient à environ 1 milliard d'euros l' an.

De toute façon, il n'y aura pas de miracle. Après l'écrasant service de la dette, le budget de la défense arrive en troisième position après celui de l'éducation. L'Etat n'a plus guère que ces deux mammouths à dégraisser... Le couteau sous la gorge, il lui faudra bien s'y résoudre, et nous avec.

A propos, il paraît que, parmi d' autres mesures,  l'IGF préconise un gel des pensions de l'Etat. Qu'est-ce que c'est encore que cette idée imbécile ? Me prendrait-on pour un micro-bébé mammouth ?


( Rédigé par : Guy Mômô )


1 commentaire:

JC ( poussant le bouchon jusqu'à Canjuers sur Obus) a dit…

Franchement, c'est l'inverse qu'il faut faire : la Culture, on s'en fout, ça sert à rien.. Alors que dans ce monde en conflit, des projectiles c'est bien utile et les militaires qui vont avec, aussi... Vive l'Armée !