mardi 31 juillet 2012

De l'entropie considérée comme un des beaux arts


La photo ci-dessous, prise le 10 juillet 2012, représente un rectangle de bois verni, de dimensions approximatives 0,45 m x 0,65  m, partie gauche d 'une planche horizontale pompeusement nommée "bureau".

Sur cette planche, on distingue, en allant de la droite à la gauche et du bas vers le haut :

- l'extrémité d'un étui à lunettes, contenant une paire de lunettes de soleil Varilux, posé sur un courrier ouvert
- un coton-tige non utilisé
- un bloc-notes
- une boîte métallique de récupération rebaptisée "poubelle de table" et contenant :
          
          - environ trente grammes d'épluchures de crayons
          - quinze rognures d'ongles
          - cinq mouchoirs en papier utilisés, compressés

- un pare-soleil pour appareil photo numérique de marque Panasonic Lumix
- un mouchoir jetable non utilisé
- l'enceinte gauche d'un système audio couplé à un ordinateur (non visible)
- deux tasses ayant contenu du café expresso, non lavées, avec leurs cuillers
- une boîte de crayons de couleurs de marque Crayola contenant 51 crayons inégalement usés
- un spray aux huiles essentielles de marque Puressentiel  (vendu en pharmacie)
- un rouleau de scotch sur son dérouleur
- un pot à crayons ( pot à moutarde recyclé) contenant :
   
          - un crayon à billes noir de marque Pilot
          - un crayon HB
          - un feutre bleu
          - un feutre noir
          - un coupe-papier-marque-page en plastique vert
          - un couteau de poche

- une paire de ciseaux
- un porte-monnaie contenant :

          - un billet de cinq euros
          - une pièce de deux euros
          - deux pièces de un euro
          - trois pièces de dix centimes d'euro
          - quatre pièces de cinq centimes d'euro
          - quatre pièces de deux centimes d'euro
          - deux pièces de un centime d'euro

- un câble de liaison pour appareil photo numérique de marque Panasonic Lumix
- un paquet de mouchoirs non utilisés,  ouvert
- un numéro de la Lettre de la Pléiade (n° 48, mai 2012)
- un tube d'arnica CH9, contenant approximativement vingt granules
- une trousse d'écolier de couleur verte portant l'inscription "Biathlon Colgate" ( reprise individuelle; date de la reprise : juin 1992) contenant :

          - un taille-crayons métallique
          - un tube de liquide nettoyant optique
          - un tube d'anti-cernes, de marque Gemey
          - un couteau Laguiole authentique acheté à Laguiole ( département de l'Aveyron)
          - un taille-ongles
          - un  briquet Bic (reprise individuelle,  lieu et date de reprise inconnus)
          - un couteau de poche
          - un tube de soins des lèvres de marque Mixa intensif
          - trois crayons à papier pour agenda (récupération)
          - un tube de soins des lèvres nourrissant de marque Petit Marseillais
          - une brosse de nettoyage pour diamant de platine TD
          - une gomme de marque Staedtler
          - un grelot pour chien de chasse en bronze
          - une mini-brosse double en plastique à usage indéterminé
          - un tube d' échantillon de parfum (marque effacée)
          - une gomme anonyme (sale)
          - deux boutons provenant de deux chemises non identifiées
          - deux jetons pour caddie de supermarché
          - un mini-sifflet métallique (très rigolo)
          - deux pièces de deux centimes d'euro
          - deux pièces de un centime d'euro
          - une mini pince à  documents montée sur ressort
          - un élastique
          - un trombone

- une boîte de mouchoirs de marque U
- un pot à crayons en céramique, contenant :

          - un marqueur feutre noir gros modèle de marque Bic/Velleda
          - un feutre noir pour CD
          - un crayon spécial "sudoku", privé de sa gomme
          - un crayon HB
          - une pince à linge

- un tube d'arnica CH 5 contenant approximativement dix granules
- un fourre-tout métal noir et osier, destiné primitivement à être suspendu,  contenant :

          - un catalogue 2011 de la Pléiade
          - un agenda Quo vadis
          - une carted 'invitation à "Design parade 7" à la villa Noailles, valable du 29 juin au 1er juillet 2012
          - un CD Esa / Soho / Exploring the Sun
          - un CD de photos de Noël 2003
          - un calepin bleu de marque Super-conquérant
          - un calepin orné de la reproduction de l'affiche du film Autant en emporte le vent, avec Clark Gable, Vivien Leigh, Leslie Howard, Olivia de Havilland
          - un exemplaire (brochage artisanal au scotch) de la Saucisse magique, tetxe de Sandra Lanilis, illustrations de Juliette
          - huit marque-page
          - un mode d'emploi pour thermomètre de marque Braun "Thermoscan"
          - un catalogue L'Imaginaire / Gallimard
          - un catalogue Quarto / Gallimard
          - une page spéciale Immobilier de Var-Matin (19 juillet 2011)
          - une recette de confitures de figues , publiée dans Var Matin (date inconnue)
          - une liasse de notes prises sur bloc-notes à l'hôpital d'Hyères concernant l'usage  de la pompe à insuline
          - une carte postale de Rocamadour
          - une carte d'un ex-ami
          - un bout de lettre déchirée portant l'adresse de l'ex-ami en question
          - une carte d 'un  cabinet infirmier
          - le numéro de téléphone de l'exquise Gisela (infirmière)
          - quatre facturettes de carte bleue datées de février 2012

- un gratte-dos / chausse-pied universel
- une boîte de pansements Hansaplast
- une boîte de pansements Mercurochrome
- un mouchoir orphelin, non utilisé
- plusieurs pansements Tricosteril
- un empilement de papiers divers composés de :

          - un exemplaire de l'Aleph, de Jorge-Luis Borges (collection l'Imaginaire, Gallimard)
          - une lettre de grand format non ouverte (contenu inconnu)
          - une lettre non ouverte (contenu inconnu)
          - un supplément Eco-entreprise du Monde (10/07/2012)
          - un numéro de Télérama (n° 32361)
          - Le Monde du 8-9/07/20012
          - Le Monde du 10/07/2012
          - un supplément Géopolitique du Monde (08/09/2012)
          - un avant-programme saison 12/13 de Théâtres en Dracénie
          - le numéro 3259 de Télérama
          - un Atlas Routier IGN France 2003
          - un supplément Géopolitique du Monde (01/02/2012)
          - un supplément Eco-entreprise du Monde (03/07/2012)
          - un supplément du Monde "Spécial Algérie"
          - un supplément "Géo-politique" du Monde (10/06/2011)
          - Le Monde du 09/07/2012
          - Le Monde du 29/06/2012
          - un courrier non ouvert de l'association Greenpeace (26/06/2012)
          - un courrier Club Fnac, posté le 14/06/2012, adressé à un ancien occupant de la chambre d'à côté,              non ouvert 
          - un cahier d'écolier petit format
          - un numéro du Magazine littéraire (juin 2012)
          - un lot de photocopies de la Saucisse magique
          - un cahier d'écolier grand format portant sur la couverture l'intitulé "Mes pensées" (état neuf)

- une pince à linge


Les amateurs de statistiques ne manqueront pas de noter la présence de l'inévitable carte postale de Rocamadour.


On ne s'improvise pas artiste en entropie. Il y faut des dispositions quasiment naturelles, certes, mais aussi un long entraînement. Comme tous les grands artistes, l'artiste en entropie se perfectionne avec le temps. Parmi les facteurs favorisant l'accès à un haut degré de technicité dans ce domaine si particulier des arts d'agrément, on distinguera :

- un goût inné, probablement atavique, pour le foutoir organisé.

- une approche résolument individualiste des problèmes de la vie en général et de l'organisation en particulier. 

- un naturel nonchalant, paresseux, proche de celui de l'odalisque et de l'homosexuel passif.

- un sens esthétique particulier, apparenté au goût surréaliste pour les appariements d'objets hétéroclites.

- une fascination d'essence proprement métaphysique pour les objets inanimés qui, ayant certainement une âme, remplacent avantageusement les animaux de compagnie. L'objet, surtout s'il est grouillant, exerce un effet psychique bienfaisant, analogue à celui d 'une portée de chatons pour les uns, d'une colonie de cafards pour les autres.

Le vieillissement améliore le rendement de l'artiste en entropie. La vieillesse est son âge d 'or. Le vieillard voit en effet ses forces décliner ; il ne mobilise plus son énergie que parcimonieusement. Il a d'ailleurs de plus en plus tendance à se foutre de tout et l'inaction lui apparaît comme la forme supérieure de la sagesse. Mais d'un autre côté, retrouvant une âme d'enfant, il se berce de l'illusion -- fallacieuse mais si douce -- qu'il aura encore l'occasion de se servir de tous ces objets, de lire et de relire ces empilements d'articles et de bouquins. De plus, le vieillard déteste qu'on dérange son cadre de vie. Il se plaît dans son merdier.Il y a ses repères. Il s'y oriente avec un instinct infaillible (enfin, presque). Et il possède un sûr moyen de désamorcer les objections de son entourage, de sa femme en particulier, puisque c'est certain, promis juré, croix de bois croix de fer :  DEMAIN,  il va se mettre à ranger, à classer, à trier, peut-être même à jeter. En réalité il attend sournoisement la mort pour que ce soient ses héritiers qui s'en chargent. Les prétextes les plus farfelus lui sont bons pour remettre à plus tard le moment de s'y mettre, afin de s'abandonner avec ivresse à sa passion perverse : grignoter peu à peu son espace vital, faire passer l'entropie d'une étagère à l'autre, d'un placard à l'autre, d'une pièce à l'autre et de la cour au jardin, pour parvenir enfin au triomphe de l'accumulation irrationnelle et du désordre cynique. Alors, comme disait Thierry Rolland, alors, mais alors seulement, on peut mourir.


Note : En bas, à gauche de la photo, sous le placard KZ, on aperçoit une bande blanche ( plâtre) prévue pour y installer une plinthe de bois. Date initialement prévue pour la pose de ladite plinthe : juillet 1982. En instance.


Posté par : Onésiphore de Prébois




( Rédigé par : Onésiphore de Prébois )

3 commentaires:

JC (garçon rangé) a dit…

Admirablement répugnant...

Anonyme a dit…

Ne serait-ce que pour l'allusion à la photo de Rocamadour, et à d'autres petites accroches qui m'ont amusé,( par ) ailleurs, que j'ai reconnues comme des signes de démangeaison intime, vous aurez droit à mon diagnostic des "internétêtés symptomatiques" dont vous êtes l'une des glorieuses illustrations. Ligne après ligne, verre après verre, mais si possible, comme d'habitude, au plus fort de la bouteille : je vous montrerai le culot qui est au-dessous et qui est le vôtre, qui salope et écaille le vernis d'une table que vous prenez grand "soin" de dissimuler et de sainte-nitoucher sous le syndrome de Diogène : gêne privée projetée dans l'outrance des masturbations publiques sans - et c'est la part du syndrome et ce qui fait le symptôme - la lampe, le poulet dans les jambes de Platon, le soleil et Alexandre...
Je n'ai pas trop le temps ces jours-ci mais à la première pause, à la première cuite, je songerai à vous rendre la monnaie du billet... ( Eh oui, la vie "empêche" à l'heure d'Internet... Je m'excuse, hein...) Allez, je vais balancer trois lignes pour vous mettre la salive à la louche... bouche.

scriptum : je relis pas, vous êtes là pour ça. Un avion à prendre, réservations et bagages à boucler. Que cette vieillesse apopopowlogisée soit mise à contribution, ainsi que ma confiance en elle... rheu, rheu...tchoum !...
Votre servi.

Etage41 a dit…

Ne serait-ce que pour l'allusion à la photo de Rocamadour, et à d'autres petites accroches qui m'ont amusé,( par ) ailleurs, que j'ai reconnues comme des signes de démangeaison intime, vous aurez droit à mon diagnostic des "internétêtés symptomatiques" dont vous êtes l'une des glorieuses illustrations. Ligne après ligne, verre après verre, mais si possible, comme d'habitude, au plus fort de la bouteille : je vous montrerai le culot qui est au-dessous et qui est le vôtre, qui salope et écaille le vernis d'une table que vous prenez grand "soin" de dissimuler et de sainte-nitoucher sous le syndrome de Diogène : gêne privée projetée dans l'outrance des masturbations publiques sans - et c'est la part du syndrome et ce qui fait le symptôme - la lampe, le poulet dans les jambes de Platon, le soleil et Alexandre...
Je n'ai pas trop le temps ces jours-ci mais à la première pause, à la première cuite, je songerai à vous rendre la monnaie du billet... ( Eh oui, la vie "empêche" à l'heure d'Internet... Je m'excuse, hein...) Allez, je vais balancer trois lignes pour vous mettre la salive à la louche... bouche.

scriptum : je relis pas, vous êtes là pour ça. Un avion à prendre, réservations et bagages à boucler. Que cette vieillesse apopopowlogisée soit mise à contribution, ainsi que ma confiance en elle... rheu, rheu...tchoum !...
Votre servi.