lundi 9 juillet 2012

Un Juste parmi les Justes ?

Il n'y a que les imbéciles pour ne jamais changer d'opinion, c'est bien connu. Dans tous les domaines, on doit toujours être prêt à modifier son jugement si de nouvelles données nous y obligent.

C'est ainsi qu'un document signé du chef de la SS, Heinrich Himmler soi-même, établit que le Führer Adolf Hitler a souhaité accorder sa protection à un officier Juif du  régiment où il avait servi pendant la Grande Guerre. C'est très probablement grâce à cette protection qu'Ernst Haller (c'était le nom de cet officier) survécut à la guerre (il est mort en 1983 à Francfort).

Ce document, s'il est authentique, nous amène à reconsidérer le jugement que nous portions sur les relations entre Hitler et les Juifs, et à accorder de la crédibilité à des hypothèses généralement considérées comme farfelues jusqu'à sa découverte.

Le Führer lui-même a donc bel et bien sauvé au moins un Juif. C'est d'autant plus étonnant et -- osons le mot -- méritoire de sa part qu'il lui fallait pour cela surmonter des préventions pourtant fortement ancrées en lui. On imagine quel cas de conscience ce dut être pour lui. Ce conflit en lui entre un antisémitisme si frénétiquement exhibé et un possible philosémitisme secret eut sans doute, sur la santé de l'homme, des conséquences terribles : j'y verrais volontiers l'origine de la maladie de Parkinson qui l'affecta dans les dernières années. De plus, en intervenant ouvertement en faveur d'un Juif, il prenait des risques évidents : pour éviter d'être dénoncé comme un traître par les jusqu'auboutistes du régime nazi  et de subir à son  tour le sort d'un Röhm, il dut certainement s'entourer d'un luxe de précautions et déployer tout un arsenal de ruses afin de cacher vers qui, en réalité, penchait son coeur.

Certes Hitler n'est pas allé aussi loin qu'un Schindler (lui aussi membre du parti nazi) dans son effort pour sauver les Juifs de la Solution Finale, mais dans ce genre de situation, c'est l'intention et le résultat qui comptent : une vie sauvée, c'est une vie sauvée. Il n'y a pas à pinailler : "Une vie ne vaut rien, mais rien ne vaut une vie", a dit Malraux. Un point c'est tout. C'est une question d'Absolu, et l'Absolu n'a rien à voir avec la comptabilité.

Rien ne dit, d'ailleurs, que d'autres révélations ne suivront pas, qui démontreront que Hitler a sauvé beaucoup plus de Juifs qu'on ne l'a cru jusqu'ici. En tout cas, la découverte de ce document  fait peser le doute sur la réalité de la participation de Hitler à l'élaboration de la Solution Finale : il est possible que celle-ci soit le fruit des menées de quelques antisémites paranoïaques qui , hélas, figuraient dans l'entourage du Führer, plutôt que de celui-ci personnellement. On sait qu'aucun document n'atteste qu'une telle décision ait été prise par Adolf  Hitler lui-même.

Il n'est pas impossible, dans ces conditions, que Hitler ne finisse par être reconnu, au même titre que Schindler, comme un Juste, et qu'il ne soit honoré un jour comme tel en Israël. Hypothèse limite, il faut le reconnaître, mais que la nouvelle donne documentaire autorise. A quand une bouleversante "Liste de Hitler", filmée par un émule de Spielberg ?

Adolf Hitler fut un grand pécheur et un grand criminel. C'est du moins sous ce jour qu'un nombre appréciable de nos contemporains le voient. Mais qui osera soutenir que, sous le regard de Yahvé, une seule larme sincère, un seul mouvement de repentir et de compassion,  ne puisse contrebalancer toute une vie de crimes ? Que savons-nous pour juger à la place de Dieu ? Ses desseins sont impénétrables. Il n'est donc pas absolument inconcevable que Hitler soit au paradis, sinon de Yahvé, du moins d'Allah. Je suis bien sûr que c'est ainsi qu'on voit les choses en plus  d'un endroit du Moyen-Orient.

Quant à l'Histoire du XXe siècle, qui dit comment nos descendants l'écriront ? Il n'est pas après tout impossible que des événements tels qu'une victoire mondiale de l'Islam, la destruction de l'Etat d'Israël, les amènent à porter sur les événements de notre époque un regard tout différent du nôtre. Quant aux lois mémorielles qui ont tant d'importance pour certains de nos contemporains, il y a gros à  parier que, pour autant qu'ils sachent qu'elles existèrent, ils se les foutront au cul.


A relire sur ce blog : La véridique histoire d'Adolf H.


( Rédigé par : Toinou chérie )

Sous les regards inquisiteurs, à quoi pensait-il ?

Aucun commentaire: