mardi 28 août 2012

Fin d'été en Paca

Intérieur semi-hollandais. Chaleur d'étuve. Au plafond, un ventilo poussif  brasse le bouillon ozonisé.

Un couple de téléspectateurs lambda.

A l'écran, feuilleton pompiéro-flicmanesque d'importation yankee, providence des chaînes de la TNT entre 14 h et  17h

1  /  Chambre d'hôpital. Sur le plumard, un pompiéro-flicmane fortement amoché, dûment branché. Entre une pompiéro-flicwomane.

Pompiéro-flicwomane  - Salut !

Pompiéro-flicmane         - Salut !

Pompiéro-flicwomane    - Je suis venue.

Pompiéro-flicmane         - OK !

Pompiéro-flicwomane     - ça va ?

Pompiéro-flicmane          - ça va.

Pompiéro-flicwomane     - Je t'ai apporté des...

Pompiéro-flicmane          - D'accord.

Pompiéro - flicwomane   - Bon, j'y vais.

Pompiéro-flicmane          - OK.

Pompiéro-flicwomane.    - Salut !

Pompiéro-flicmane          - Salut....  Au fait, merci pour les...

Pompiéro-flicwomane      - OK .


2  /  Escalier. Inspecteur en costard cravate. Flicmane en uniforme

Inspecteur en costard cravate   - Tu as eu mon message ?

Flicmane                                  - Ouais.

Inspecteur                                - OK .

Flicmane                                  - OK.

Inspecteur                                - Salut !

Flicmane                                  - Salut !


3  /  Commissariat. Gonzesse très remontée. Flicmane

Gonzesse très remontée             - C'est mon fils ! Il a besoin de moi !

Flicmane                                    - D'accord, OK.

Gonzesse très remontée              - Allez tous vous faire foutre !

Flicmane                                     - Où tu vas ?

Gonzesse très remontée               - J'en sais rien.

Flicmane                                      - Tu reviens quand ?

Gonzesse très remontée                - Je sais pas.

Flicmane                                       - OK, d'accord.


4  /  Commissariat. Flicmânesse. Flicmâne.

Flicmânesse                                  - J'ai tué un homme.

Flicmâne                                       - OK .

Flicmânesse                                  - C'est dur... Snif...

Flicmâne                                       - Ouais.



Téléspectateur, à téléspectatrice     - Je m'en vas piquer un petit roupillon, moué.

Téléspectatrice, à téléspectateur    - OK . Moué aussi.

Téléspectateur, à téléspectatrice    - D'accord. OK. D'accord.

Téléspectatrice, à téléspectateur     - OK.

Chat                                                 - Miaou.

Téléspectatrice et téléspectateur     - Ta gueule.

Chat                                                 - OK, d'accord.


Ronflements divers


Dialogues garantis d'origine, légèrement remaniés.



Additum : Cette fantaisie m'a été inspirée par quelques scènes d'une série américaine diffusée vers 14 heures sur une des chaînes de la TNT. C'est assez représentatif du niveau  des émissions de divertissement sur ces chaînes (exception faite, peut-être, des chaînes publiques), qu'il s 'agisse de séries policières, de téléfilms à l'eau de rose, ou de reality shows : le tout, affligeant.   C'est la soupe au au grand public, qu'on juge capable de l'assimiler sans trop d'effort, sans se prendre la tête, comme on dit. Le mépris dans lequel on le tient s'y étale en toute innocence.. Mépris qui a pour effet mécanique de tirer ce genre de productions encore davantage vers le bas.

On objectera que les téléspectateurs sont effectivement comme ça : un troupeau d'abrutis tout juste capables d'absorber ce brouet. Il ne fait aucun doute, hélas, que beaucoup de gens sont effectivement dans cette situation d'avachissement intellectuel et culturel ; sans doute même sont-ils la majorité; cela justifie-t-il une politique  du nivellement par le bas  systématiquement pratiquée par nombre de responsables des chaînes de télévision ? Il est clair que ce n'est pas une logique éducative et culturelle qui inspire ces gens-là, mais uniquement une logique de l'audimat et du fric.

( Rédigé par :  Gerhard von Krollok )

Paul Edel et John Brown dans " Au fond, tout est plus clair "

Aucun commentaire: