mercredi 15 août 2012

Les demi-dieux du stade

C'est à la fin de la foire qu'on ramasse les bouses. Le comportement des membres de l'équipe de France de handball, partis casser les meubles au siège du journal l'Equipe TV, n'aura pas fait mentir ce proverbe charentais.

Il faut dire que quelques journalistes de l'Equipe avaient osé écorner la statue de ces demi-dieux du sport français en osant émettre quelques critiques sur leurs prestations.

Quelle honte de leur part de ne pas s'aligner sur le style dithyrambique des commentaires qu'on a pu lire et entendre depuis quinze jours dans la presse française écrite et audio-visuelle !

Celle-ci aura fait reculer, pour l'occasion,  les bornes de l'obscénité dans le registre de l'hystérie patriotarde. Même un journal comme Le Monde, réputé pour sa réserve de bon aloi, n'hésitait pas à titrer en première page de son numéro des 12 et 13 août : "Les handballeurs français pour l'éternité ". Titre auquel faisait écho, dans le numéro du 14, un claironnant : "Les Experts sont éternels" . Le mobilier de l'Equipe TV, lui, ne jouit pas de cet attribut divin.

La 2, chaîne de télévision publique, se sera surpassée le lundi 13 août, dans sa hâte à fêter le retour de nos héros sur le sol de la patrie. Le journal de 20 heures, notamment, justifiant son appellation de "grande messe", aura délibérément fait l'impasse sur le reste du monde ; la moitié des habitants de la planète auraient bien pu disparaître pendant ces moments sacrés sans que les téléspectateurs en eussent la moindre connaissance.

Les J.O. de Londres auront donc pleinement joué leur rôle d'anesthésiant estival, faisant suite au Tour de France. On nous annonce, d'un côté du Channel comme de l'autre, un réveil en forme de gueule de bois.

Ce délire collectif est d'autant moins justifié que le résultat des sportifs français en 2012 est inférieur à celui de 1996 (15 médailles d'or, 37 médailles, 5e rang mondial) et à celui de 2000 (13 médailles d'or, 38 médailles, 6e rang), et égal à celui de 2004 (11 médailles d'or, 33 médailles, 7e rang). On 'oubliera pas non plus que ce bon résultat relatif masque la régression du sport français dans plusieurs disciplines (cyclisme, escrime, athlétisme).




La paix soit avec nous. Et avec nos esprits anesthésiés.


( Rédigé par : Toinou chérie )


1 commentaire:

JC (s'efforçant de rester mesuré) a dit…

Bien entendu, je partage totalement la réaction avinée des sportifs de haut niveau, médaillés olympiques : j'aurais aimé casser tout avec eux dans le nid à fiente des papelardiers.

Pour résumer : ces connards de journalistes sportifs, trous du cul de basse fosse sont des... comment dire ?.... trous du cul de basse fosse !