lundi 20 août 2012

Ma vie amoureuse

Le coup de foudre.

Je l'ai vécu.

J'en ai même vécu plusieurs.

Enormément, même. Au point que j'ai renoncé depuis longtemps à en tenir le compte. A certaines époques fastes de ma vie, plusieurs fois par jour.

Et du raide.

Mais aucun n'a jamais été partagé. Jamais aucun retour.

En revanche, plusieurs femmes sont tombées amoureuses de moi. Une bonne douzaine. Cela ne saurait faire de moi un recordman de la spécialité, loin de là.

Mais tout de même. 

Ainsi, je n'aurai pas vécu tout-à-fait en vain.

Je ne m'explique pas bien  pourquoi ni comment je devins la cible de leurs attentes, de leurs désirs. Cela reste pour moi un  mystère.

Et boule de gomme.

Elles m'ont dit,  pourtant. Elles m'ont fait le rapport circonstancié de leurs émois. Et moi ... ... ...  ?

Et moi ?

Eh  bien non. Rien.

Elles furent parfaitement explicites. Mais, sur le moment, je n'ai pas compris. Et ensuite, forcément, j'ai oublié.

Ce furent des élan à sens unique. Elles avaient leur coup de foudre (pour moi) , j'avais les miens (pour d'autres ). Nos faisceaux à haute tension se croisaient sans se rejoindre. Leurs rayons passionnels restaient au large de mes noyaux sensibles, comme des neutrinos croisant loin de la faible lueur de mes atomes, astres perdus dans mon vide intersidéral. Ah comme je me sens vide.

Je sens que je deviens lyrique, là. Chaleurs de l'été...

Qu'on n'aille pas croire pour autant que je ne répondis point à leurs avances. Au contraire, je les accueillis de bonne grâce. Avec chaleur. A bras ouverts.

C'était toujours ça de pris.


( Rédigé par : J.-C. Azerty )

Ayons les ambitions de nos moyens





1 commentaire:

JC a dit…

Il n'y a qu'un rapport lointain, et pervers, entre la comptabilité de nos saillies, et la vie amoureuse.

Tant de théses présentées devant des jurys incompétents sont inutiles et stupides : celle là - Eloge du Rut comme l'un des Arts Premiers- vaudrait la peine d'être présentée à un jury d'une lubricité rabelaisienne incontournable ....

Et ce n'est pas un membre (de droit) du Conseil Constitutionnel qui refuserait d'être juge et parties... Sumo, ergo sum !