mercredi 26 septembre 2012

Annie


Ce matin-là, devant sa tasse, une rose du jardin, et une carte.

La veille, elle avait voulu à toutes forces lui faire un cadeau. Il n'avait pas pu l'en empêcher.

Il lui avait pourtant dit : " Mais je vis, et  c'est à toi que je le dois. C'est cela ton cadeau." . Il avait ajouté : "Mon cadeau, c'est toi".

Mais elle n'a rien voulu savoir.

Elle fait partie de ces élus dont Henri Michaux dit qu'ils ont encore plus mal dans le corps des autres que dans le leur. Surtout quand c'est  le corps de ceux qu'ils aiment.


( Rédigé par : J-C Azerty )


Aucun commentaire: