vendredi 26 octobre 2012

J'ai perdu mon parapluie

J'ai ouvert la fenêtre en grand sur le rideau de pluie.
Rideau sur rideau sur rideau de pluie.
Le vent rabat la pluie sur le papier peint  délavé. Il se déchire et pend.
Le plâtre se met en colle de plâtre.
Les parpaings descellés commencent à fondre.
Le décor se démantibule.
L'espace
nu
reprend ses droits.
Je l'ai occupé naguère. J'ai bougé là et là.
Là j'ai nagé là .
Espace sans mémoire.
Je n'y suis plus.
J'y suis encore
Pour un temps
Au coin de la scène vide.
Là.

Moi je.
Ancien élève de.
Ex-pensionnaire de.
Peu expansif fils de
Ayant émargé à
Fonctionné en tant que
Père de
Epoux de
Amant éconduit de
Pensionnaire de la comédie humaine,  rien que ça, ça vous pose.
Petits rôles brefs dans décors successifs.
Habillages.
Rhabillages.
Nuit à l'opéra.
Ah aaah ah
Has been

Seconde guerre  Guerres de et de
Paix en
Révolutions
J'en fus témoin
Tout ça important, provisoirement
S'efforçant à l'importance, au sens
Bavardages. Grands mots.
Petits riens.
Du pain
et la Constitution de l'an II
Prolétaires de tous
Et s'il n'en reste qu'un
No pasaran


Tous ces ex-vivants, vécu pour rien morts pour rien, morts d'un rien,
Figurants
Intermittents intérimaires
du spectacle permanent.
J'en suis
J'en étais
J'en fus
J'en eus été.

No pasaran pasaran pasaran.
Ils sont passés.
Ils sont repassés.
Construire déconstruire.
Echafaudages précaires, échafaudages versés.
Vieux décors défraîchis entassés aux réserves.
Vieilles reliques de l'Histoire
qui ne se répète pas.
L'envers du décor ouvre sur le vide.
Vieilles trames de bouts de sens jusqu'à la corde usées .
On voit rien au travers rien sinon la poussière
Des siècles.
Le seul problème historique sérieux, c'est celui du suicide
Collectif.

Aragon, t'es un con.

A ma fenêtre je prends l'eau.
Effilochages de pluie
Autos s'en vont on ne sait où.
Nuages gris glissent.
J'ai perdu mon parapluie.
J'ai un trou de mite à mon veston.
ça goutte dans mon pantalon.
Sous l'averse me morfonds.

Petit tas de fibres là-bas
Dans le ruisseau dérive et glisse au caniveau.


( Posté par : Guy le Mômô)




1 commentaire:

JC a dit…

Belle tentative d'habiller la peur de la mort.