mardi 20 novembre 2012

Gare là-bas dessous : ça va percuter !

Hier, au JT de 13 heures sur la 2, Elise Lucet avait invité Jean-Pierre Luminet. J'adore Jean-Pierre Luminet. Il passe largement autant de temps à écrire des poèmes, des romans ou des ouvrages d'excellente vulgarisation que derrière son télescope à chercher à apprendre des Cieux les divers mouvements inconnus à nos yeux, les noms et les  vertus de ces clartés errantes par qui sont nos destins et nos moeurs différentes (admirons au passage cet accord au plus proche à la mode latine, un carambar à qui trouvera la référence exacte, concours interdit à Joseph Macé-Scaron), mais je serais certainement le dernier à m'en plaindre. Je conserve avec soin sur mes étagères son magnifique Destin de l'Univers (publié chez Fayard) et je m'y replonge avec délices chaque fois que j'éprouve le besoin de raviver mes lumières (Luminet, quel nom prédestiné !) sur l'insondable simplicité des trous noirs ou sur le charme érotique des naines blanches, rouges ou brunes.

Interrogé par la belle Elise sur les astéroïdes,  auxquels il a consacré son dernier livre, Jean-Pierre Luminet nous a rassurés : aucun d'entre eux ne menace de percuter notre planète, au moins pendant quelques siècles; ça nous laisse du temps pour nous retourner.

Pourtant, Jean-Pierre Luminet n'a que partiellement raison. Il existe bel et bien une catégorie d'astéroïdes qui percutent, et plus souvent qu'à leur tour, ce sont les astéroïdes de la connerie. Rien que sur Antenne 2, l'émisson de Sophie Davant, Toute une histoire, en lance au moins un par jour.

Hier, juste après l'interview de Luminet par Elise, Sophie Davant est venue nous présenter Cindy . Ce serait injuste de parler de contraste, comme du jour et de la nuit . Au contraire, rien qu'en la voyant, on a compris  qu'on restait dans le haut niveau et que Cindy possédait elle aussi un sacré surplus de neurones. Pas besoin d'être astrophysicienne pour faire partie du club des illuminées. A défaut d'avoir inventé  la poudre, elle a  d'ailleurs sûrement inventé les feux grégeois. En tout cas, elle a contribué à alimenter ceux de l'amour. Car Cindy avait un gros, un  très gros secret à nous confier. Elle allait s'en délester sous nos yeux ébaubis, pour notre instruction et notre édification. Sophie Davant, qui a le sens du titre-choc qui dit tout, fait comprendre tout ( ça vaut mieux, c'est l'heure de la digestion), a résumé le propos de son invitée dans la formule lapidaire suivante :

 " J'ai  eu un enfant sans que personne le sache ".

Ben dis donc maman le scoop.

Personne  le savait, mais maintenant ça va se savoir, je te le dis.

C'est ce qui s'appelle cracher le morceau.

S'il existait un prix Goncourt de la couillonnade télévisuelle, un 7 d'Or de l'émisson cuculturelle, sûr que Toute une histoire l'aurait déjà décroché haut la main, et même plusieurs fois. S'il existait une Académie des niguedouilles, Sophie Davant en serait la secrétaire perpétuelle. Dans le domaine de la nunucherie médiatique, elle me paraît  imbattable, malgré la concurrence que lui font nombre de con-soeurs et de con-frères.

Il est vrai que,  pour maintenir le niveau, elle surfe sur l'idée de génie du créateur de l'émission, feu Jean-Luc Delarue  : faire appel au volontariat du bon peuple . Depuis qu'il a ouvert  son annexe du bureau des pleurs, le succès ne s'est pas démenti . On continue de venir s'inscrire en foule et surtout  en famille, dans l'espoir d'être admis à l'honneur de déballer ses petits et grands secrets devant les caméras de   ce club des adorateurs de l'Andouille qu'est  Toute une histoire, sous l'oeil bienveillant de Sophie, la Grande Prêtresse. C'est tout de même vachement plus excitant et gratifiant que d'aller à con-fesse. C'est  moins cher que chez le psy. Et puis, rendez-vous compte, quel  doux frisson de plaisir et de fierté vous parcourt l'échine lorsque, de retour au logis, l'ancienne copine de collège qui vous a toujours jalousée vous avoue : " C'est pas pour dire, mais tu m'as fait pleurer quand tu as raconté comment, le jour  de tes douze ans, ton père t'avait mis la main au cul aux applaudissements de ta mère".

D'ailleurs, je puis bien dévoiler, à mon tour, un petit secret : ce sera le sujet de la prochaine émission. Le titre en sera : "Le jour où mon père m'a mis..."

Cons se le disent : ça va percuter !


Additum (1er février 213) - ça continue de percuter très fort chez Sophie Davant, qui recueillait aujourd'hui les confidences de Jeanneton : " J'ai couché avec le plombier ! " . Du reste, elles étaient plusieurs à venir nous raconter comment elles avaient succombé aux charmes de l'artisan (pas le même pour toutes ! ) venu déboucher je ne sais quel tuyau. Y en a plus d'un qui , après avoir vu l'émission, va regretter de ne pas avoir préparé un CAP de plomberie au lieu d'un CAPES.


( Rédigé par : Toinou chérie )


En dépit de son air très con, cet astéroïde n'a pas été lancé depuis la plate-forme de Toute une histoire.

1 commentaire:

JC Supercon a dit…

J'ai jamais vu cette émission : ce billet incitant à s'y précipiter, j'y cours. Merci pour l'info !