lundi 12 novembre 2012

Hors de prix : une scène de la vie privée d'Alain Badiou

Toujours à sa  recherche de l'Absolu, Alain Badiou, le vieux philosophe sorbonagre, est tombé amoureux fou de Coralie, un de nos plus célèbres rats, spécialisée dans le retraitement des retraités. Dans le cabinet particulier du Bec Jaune, le restaurant mansois à la mode, où il l'avait régalée d'une somptueuse partie fine qui avait englouti les avances de son éditeur pour son prochain opuscule, la vénérable relique métaphysique, tombée aux genoux de la belle, lui a déclaré :

" Mon adorée, je prends la décision de réinventer l'amour pour toi et je fais le serment d'accepter que toi, si parfaitement inconnue de moi il y a pas plus de huit jours, je t'accepte désormais en ton entièreté, sans restriction ni condition, dans mon existence. L'amour, l'amour vrai, l'amour fou, est précisément l'archétype de mon exposition périlleuse au type de joie excessive que j'escompte connaître dans tes bras. Ma passion pour toi sera hors de prix. (1) "

" Hors de prix, tu l'as dit bouffi, répétait en riant Coralie à son amie Esther Gobseck venue la retrouver au Mans. " Cette fois, le vieux maquereau est bien ferré, il a gobé si voracement l'hameçon qu'il ne risque pas de se détacher. S'il escompte connaître dans mes bras des joies excessives, elles le seront toujours moins que les lettres de change que je lui escompterai en échange de mes gentillesses. Je vais faire danser l'animal et lui apprendrai des tours qui feront rire en société. Au reste, il faudra mener vivement les choses et vuider la bourse du barbon au pas de charge avant de le jeter car il pue de la gueule, bande mou et m'assomme déjà de ses radotages philosophiques. Après quoi, ma chérie, nous nous amuserons bien toutes les deux, je te le promets. "

............................................................................................................

" Foyez-fous, mon cher, fit Nucingen au Badiou, accouru, tout flageolant d'angoisse, quémander un nouveau crédit, " zette lettre de change édait de drop. Thésormais les brojaines (et che gache gu'il y en aura peaugoup, peaugoup drop) zeront refusées à nos guijets. Endre nous, zi nous galgulons à gombien l'amour revient aux fieillards gue nous zommes, gonvenons que zest un luxe hors de brix. Et tanz ces afendures, les gonzeils d'un banquier avisé valent mieux que tous les zesgours de la vilozovie. Zi en gore fous m'aviez dit gu'il z'agissait de Goralie, che gonnais un beu zette gourgandine : à drois, on aurait bu drouver un arrangement endre fieux amis...." . Une lueur froide  glissa, fugitive, sous les paupières lourdes du vieux loup-cervier.

" .. Mais gue foulez-fous, les dents sont dures (2) pour doux le monde, conclut-il en reconduisant le solliciteur jusqu'au palier. Il suivit des yeux le vieux prophète de l'amour fou qui tanguait fort en redescendant les marches.

" A l'afenir, ma borde resdera vermée pour ce fieux goguin ", dit-il au valet de pied, en la refermant.


Note 1 . - Mais si, mais si : ce discours délirant est presque textuellement de l'Alain Badiou pur sucre (voir Le Monde des livres du vendredi 9 novembre  2012) .

Note 2 . - " les dents sont dures pour doux le monde" : la vemme est une louve bourre l'homme, c'est gonnu.


( rédigé par Honoré de B., rédacteur invité)





1 commentaire:

JC a dit…

Cherchant en vain la morale, j'ai trouvé l'amorale...