samedi 22 décembre 2012

L'impeccable logique de la N.R.A.

792 -


La tuerie de Newton a bouleversé les Européens autant que les Américains. Mais, quand il s'est agi de pointer les responsabilités et d'envisager des solutions, des analyses manifestement erronées ont fleuri dans nos sociétés anémiées, décidément incapables de saisir la spécificité de la vision yankee. A en croire ces prétentieux donneurs de leçons, le mal viendrait de la prolifération des armes à feu, en vente quasiment libre aux Etats-Unis.

Rappelons que la Constitution américaine garantit le droit de se procurer des armes, de les porter (y compris dans les lieux publics) et, le cas échéant, de s'en servir. On ne va tout de même pas exiger des Américains qu'ils renient leurs pères fondateurs.

La National Rifle Association (NRA), par la voix de son porte-parole, Wayne LaPierre ( que celui qui n'a jamais péché...) vient de faire une proposition  réellement progressiste et dont l'efficacité ne semble pas prêter le flanc à contestation : pour éviter que le drame de Newton se reproduise,  il conviendrait qu'un policier armé stationne devant chaque école.

Initiative sympathique, mais, à mon avis, très insuffisante. On se rappelle qu'à Newton, une malheureuse institutrice a perdu la vie en tentant vainement d'arrêter le meurtrier déjà entré dans l'école. Il est clair que le drame qui allait suivre aurait pu être évité si cette institutrice avait été elle-même armée, d'une arme de gros calibre, dont elle aurait su se servir, grâce à un entraînement poussé.

Malheureusement, une institutrice armée dans une école peut elle-même se révéler une dangereuse psychopathe sans que personne le sache. Il conviendrait donc que, pour  neutraliser une éventuelle timbrée dissimulée dans leurs rangs, les autres membres du  corps enseignants soient eux-mêmes enfouraillés jusqu'aux dents.

Il s'avérerait  fort judicieux de placer en permanence les enseignants  -- profession  qui, on le sait, souffre de problèmes psychologiques variés à un degré supérieur à la moyenne --,  sous la surveillance des parents d 'élèves, toujours prêts à dégainer quand la sécurité et le bien-être de leurs chers petits est en jeu. Bien entendu, les parents  auraient pour tâche subsidiaire de se surveiller les uns les autres.

J'ai lu cependant que de nombreuses familles américaines entraînent assidûment leur progéniture au maniement des armes à feu. Excellente précaution. S'il en est ainsi, pourquoi ne pas autoriser les enfants  à porter des armes dans l'enceinte de l'école ? Permettons aux potentielles victimes d'assurer leur propre défense.

Pour surveiller efficacement les locaux scolaires, il suffirait d'ajouter une cinquantaine de policiers prêts à ouvrir le feu à la moindre alerte.

 Grâce à un tel système de surveillance mutuelle , on parviendrait à un niveau de sécurité globale satisfaisant.

Il conviendrait toutefois qu'un représentant de la N.R.A. soit présent en permanence dans chaque école. Ce superviseur, chargé notamment du contrôle des armements, aurait la responsabilité d'ordonner halte au feu.


( Posté par : Momus )

Parents d'élèves sur le qui-vive

1 commentaire:

JC a dit…

Il va de soi qu'un type comme moi, qui connaît les USA, ne peut qu'être d'accord avec le second amendement de la Constitution américaine : le droit de porter une arme, toujours disponible, partout, tout le temps, en tout lieu : le Rire....