mardi 25 décembre 2012

Un conte de Noël

795 -


L'an de grâce 2012, au début de décembre Dans un modeste H.L.M. de Bethléem, Marie Myriam, l'épouse de Joseph, le charpentier, se morfond et s'angoisse.

Cela fait maintenant trois mois qu'elle n'a plus ses règles. Et Joseph, son mari, n'y est certainement pour rien. Joseph n'est guère porté sur la chose et sa vive piété le détourne encore davantage des oeuvres de la chair. Depuis deux ans déjà, Marie se console dans les bras du jeune Simon, l'apprenti de Joseph. Simon, par contre, ne rechigne pas à la besogne. Il aurait même tendance à en redemander.

Moins par scrupule religieux que par souci de son plaisir, Simon est contre les capotes. Heureusement, Marie prend la pilule, mais ces pilules de troisième génération, elle n'a pas trop confiance ; certains soirs, ça lui arrive d 'oublier.

L'autre nuit, Marie a fait un rêve bizarre. Un ange lui est apparu, tout baigné de lumière. Il lui a annoncé qu'elle allait donner naissance à un fils, sans intervention de Joseph. Pour Joseph, Marie le savait bien, pas besoin qu'un ange passe. Elle s 'est tout de même ouverte de son rêve à son cousin Samuel, le rabbin. Elle n'a rien dit de Simon. Pour Samuel, pas de doute, c'est un miracle : et si cet enfant, c'était enfin le Messie depuis si longtemps espéré ? Mais pour Marie, le fameux Messie n'est qu'un malencontreux arlequin dans son tiroir, c'est plus une grosse tuile qu'un grand miracle.

Marie se rend au dispensaire du quartier, sans en parler à Samuel, qui n'aurait sûrement pas été d'accord . On lui propose une IVG. Elle accepte. Pas de temps à perdre, la naissance est prévue pour avril.

L'intervention se déroule sans encombre,  le 24 décembre à minuit. Marie rentre chez elle, bien soulagée. Elle ne dira rien à Joseph, providentiellement parti faire un stage de menuiserie au Canada (1)

Le 25 décembre 2012, à 0 heure 01 minute (heure de Tel-Aviv), le navigateur solitaire Titouan Belgazou, engagé dans le Vendée Globe, trace sa route vers le Cap Horn parmi les joyeux cachalots. Soudain, dans un ciel pourtant serein, éclairs et tonnerre, la nue s'ouvre ; apparaît une gigantesque tronche de barbu à la vague ressemblance de Lino Ventura (2) dans Les Barbouzes . Un souffle puissant, à décorner tous les manchots  cocus du Groenland, manque de faire chavirer le grand tétra marrant :

" Eh merde ! Encore loupé ! Décidément cette race d'Adam commence à me les briser menues ! Qu'on aille me chercher Noé, et au trot ! "

Sept ans de malheurs et de précipitations beaucoup plus élevées que les normales saisonnières, et même les plus élevées depuis les premiers relevés météo,  s'ensuivirent. Le 1er janvier 2019,  l'arche de Noé s'échouait sur le Pic de Bugarach (Aude). Il était temps : les derniers jerricans de rhum et de mazout étaient quasiment vides .


Note 1 . - Ou ailleurs. En Sibérie, le Joseph, si vous voulez. Au diable le Joseph !

Note 2 . - Remarquez, si, pour d'autres,  Dieu se fait la tête de Bernard Blier, je n'ai rien contre.


( Posté par : Toinou chérie )

Simone Martini, Annonciation

1 commentaire:

JC a dit…

Confondre Simon le pêcheur et Simon le pécheur...