mercredi 23 janvier 2013

Au-dessus de l'Hudson

818 -

Sur cette passerelle de bois étroite, à cent mètres au-dessus des eaux grises de l'Hudson, il emboîte le pas d'un groupe d'inconnus. Où le conduit-elle ? Pour sûr de l'autre côté de l'Hudson. Cependant, sans avoir appris quels points de ses rives elle relie, il doit refaire le parcours une seconde fois, puis une troisième. Jamais deux sans trois. A la troisième, toujours à la remorque de ses inconnus, il s'avise que les planches de bois luisantes d'humidité, relativement espacées, ne sont pas doublées ; si l'une cède, c'est la chute assurée. L'angoisse du vertige le saisit, une crampe lui mord le mollet, il trébuche et tombe à genoux : va-t-il appeler à son secours les dos qui s'éloignent ?

Sous la couette il rit de ce rêve bizarre et étend d'aise ses jambes. Une crampe alors lui empoigne le mollet gauche, puis une autre le droit. Fini de rire. Où as-tu pris que le rêve et la réalité, ça faisait deux ?

Dans une satisfaction enchifrenée,  il regarde l'Hudson s'écouler sous lui. Au moins, de ce côté-là, tout semble en ordre, se dit-il en se secouant. Tous ceux de son âge ne peuvent pas en dire autant. Mais quelle peur sournoise se dissimule donc sous ce rêve ni plus ni moins singulier que n'importe quel rêve ? Oh, il sait bien laquelle; cela fait deux ans à présent qu'elle traîne dans ses jambes et lui mord les mollets, chienne fidèle.

" Tout cela est maintenant derrière vous", lui a dit Jacques, il y a plus d'un an. Mais c'est comme sur la passerelle de l'Hudson , c'est derrière et c'est devant aussi, on ne sait pas vraiment d'où c'est venu, on ne sait pas non plus où ça va vous mener, et à chaque pas la chute fatale est possible, tandis que les dos s'éloignent.

Chaque fois qu'il empruntera la passerelle de l'Hudson, l'empoignera la peur de la chute. Son corps porte les stigmates de la précédente. L'énergie d'antan s'est estompée. Lui en restera-t-il assez pour se rattraper aux planches fragiles, glissantes et vermoulues, et ne pas chuter droit dans les eaux grises de l'Hudson ?

A moins qu'il n'emprunte une dernière fois la passerelle de l'Hudson et, pour hâter le destin, ne se décide à enjamber la rambarde. Mais peut-être qu'une crampe, survenue à point, l'en empêchera...










Aucun commentaire: