vendredi 22 février 2013

Gao, répétition générale ?

847 -


Les récents combats de Gao démontrent ce que les responsables français auraient bien dû savoir avant de lancer l'armée dans l'équipée malienne, à savoir que la rapide avancée des djihadistes dans le Nord-Mali jusqu'au verrou de Konna n'a été possible que parce qu'ils ont bénéficié du soutien et des complicités d'une forte partie de la population, y compris dans le Sud et jusqu'à Bamako. Après leur repli tactique du mois de janvier, ils n'ont eu aucun mal à lancer des contre-attaques surprises dans les villes supposées reconquises par les soldats français et maliens. Venus de la banlieue de Gao ( entendons le mot "banlieue" dans le sens qu'il avait au temps de Jean-Jacques, quand Ménilmontant était une banlieue de Paris), quelques rebelles déterminés et surarmés se sont infiltrés jusque dans le centre-ville et ont occupé des centres administratifs (la mairie notamment) qu'on aurait pu croire particulièrement protégés.

Adeptes d'actions spectaculaires largement répercutées par les médias, les djihadistes pourraient bien être tentés d'en organiser d'autres, pas seulement au Mali, mais, cette fois, en France même. Dans les banlieues et certains quartiers de nos grandes villes, à Paris, à Lyon, à Marseille, à Toulouse, des groupes salafistes acquis à l'action violente et actuellement fondus dans une population musulmane partiellement acquise à leur cause pourraient se lancer à l'assaut de quelques bâtiments officiels. Les cibles ne manquent pas, et, en un premier temps tout au moins, ce ne sont pas un ou deux cars de C.R.S. qui suffiraient à leur barrer le passage. On mesure aisément la pagaille que sèmeraient des actions coordonnées, dans la capitale notamment. Qu'on imagine un instant l'Assemblée Nationale, la Mairie de Paris et quelques commissariats investis simultanément par quelques uns de ces groupes.

N'en doutons pas : de telles actions ne sont  pas une vue de l'esprit ; elles se préparent en ce moment même, elles sont imminentes, et le plan Vigipirate constitue une bien faible protection.

Si elles se produisaient (et elles se produiront), elles auraient malheureusement l'effet de démontrer la dangerosité de la présence de populations musulmanes nombreuses et regroupées en des régions fortement urbanisées et d 'importance politique majeure de notre territoire. L'islam en tant que tel restera perçu chez nous, comme dans d'autres pays, comme une religion dangereuse pour la démocratie, tant que ses fidèles n'auront pas accepté massivement et de façon significative le principe de la laïcité, tant qu'en son sein des instances régulatrices n'auront pas imposé un code de conduite entièrement compatible avec la démocratie. On en est loin. Le résultat, c'est que la population musulmane reste dans notre pays, aux yeux de beaucoup, une population à risque; nombreux sont nos concitoyens qui restent persuadés que son effectif doit coûte que coûte rester limité et ses conduites  étroitement surveillées; en l'absence d'une surveillance efficace par les services officiels de renseignement et de police, plus d'un  pense qu'il reviendrait à la population non-musulmane d'exercer, ville par ville, quartier par quartier, une surveillance permanente  et de se préparer à participer aux côtés des forces de l'ordre et de l'armée à une éventuelle action répressive à grande échelle contre les factieux et tous leurs complices, sans indulgence ni pitié excessives . Il est des circonstances historiques, estiment certains, où la guerre civile elle-même peut exercer sur une communauté une action purgative salutaire. Dans une première étape, des milices officieuses de surveillance et de délation, formées de bons citoyens, organisées sous une forme paramilitaire, aptes à mener des actions ponctuelles de représailles, actives dans tous les secteurs de la société ( police, armée, écoles, universités, administrations, quartiers, immeubles) pourraient faire la preuve de leur efficacité, sans compter qu'elles seraient tout naturellement amenées à surveiller aussi d'autres populations dont on sait fort bien qu'elles alimentent la délinquance et la criminalité . Une  société panoptique en somme où, selon le voeu de Michel Foucault, les vrais Français seraient chargés d'encadrer pour leur bien ceux qui ne le sont pas, ou pas encore. L'Inquisition médiévale a légué à l'Europe le modèle d'une société sainement gérée et les moyens efficaces pour la promouvoir et la maintenir. Pourquoi ne pas suivre son admirable exemple ? C'est du moins ainsi que d'aucuns voient l'avenir de nos sociétés encore insuffisamment réarmées à leurs yeux, sur le plan moral et idéologique .

Espérons toutefois que nous n'aurons pas à en venir à ces extrémités. Ce serait dommage pour tout le monde, encore que... Au fond, ce serait aux musulmans eux-mêmes de mettre clairement au ban de leur communauté les éléments fanatiques adeptes de la violence, démontrant ainsi par les actes que l'Islam est bien la religion de paix que d'aucuns affirment qu'il est.


Terminator 2 , film de James Cameron , avec Arnold Schwarzenegger

( Posté par : Myriam Ben Rataboum )



Les Jambruns communiquent . -

Saluons, avec ce premier billet, l'arrivée parmi nous de notre nouvelle collaboratrice Myriam Ben Rataboum, plus spécialement chargée  des questions de prospective dans les champs politiques, sociaux, idéologiques et religieux. Il va de soi que nous lui laissons l'entière responsabilité de ses propos et de ses opinions, notamment ici d'une interprétation séduisante mais spécieuse de la pensée de Michel Foucault, ainsi que de prédictions et de suggestions dont notre optimisme  foncier et notre nature charitable nous tiennent éloignés.

Valeria von Rataboum a cru devoir classer ce billet dans la catégorie humiaour. Il appartiendra au lecteur d'y repérer les parts respectives  de l'humour, de l'amour et du miaou. Pour notre part, sur une échelle de 1 à 100, le dosage suivant nous semble correct : humour = 1 / amour = 0 / miaou = 99 .



2 commentaires:

Valeria Elena von Rataboum a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
Les Jambruns a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.