lundi 8 avril 2013

Cauchemars

889 -


Pelotonnée entre ses draps roses , Valérie venait d'éteindre la lampe de chevet et s'apprêtait à s'endormir. A ses côtés, François était déjà plongé dans le sommeil du juste. Enfin, du juste... Depuis quelques nuits, il s'agitait beaucoup en dormant.

A l'instant où Valérie allait glisser dans l'inconscience, elle fut brutalement tirée de sa torpeur par un jappement angoissé. Elle ralluma. A demi redressé sur l'oreiller, François, hirsute, fixait son reflet dans la glace de l'armoire (meuble Lévitan, garanti pour longtemps, héritage de sa mère), d'un oeil égaré.

-- Qu'est-ce qui se passe, chéri ? Un mauvais rêve ?

-- M'en parle pas ! J'ai rêvé que Moscovici était mis en examen pour complicité de blanchiment de fraude fiscale et démissionnait. Je le raccompagne sur le perron de l'Elysée et je lui dis :

-- Au revoir mon cher ministre, et merci pour tout. Croyez bien que je reste persuadé de votre innocence.

A quoi il me répond en ricanant :

-- Et ta soeur, elle habite toujours Singapour ?

Valérie sourit et, lui passant une main sur le front :

-- Heureusement, mon chéri, ce n'est qu'un cauchemar. Allez, rendors-toi.

Elle soupira, éteignit. Un léger ronflement, bientôt, la rassura.

Une demi-heure plus tard, un violent tremblement du plumard la réveilla à nouveau. Elle ralluma. Sur l'oreiller, François, les yeux grands ouverts, fixait le plafond. Sa main droite étreignait brutalement les doigts de sa main gauche. Tout en grinçant horriblement des dents, il murmurait en boucle :

-- Au revoir, cher Président, et merci pour tout.  Croyez bien que je ... Croyez bien que je...





Aucun commentaire: