mardi 30 avril 2013

Les Anglais ont gagné , ou le temps des mercenaires

907 -


Dimanche dernier à Twickenham, la demi-finale de la coupe d'Europe de rugby entre Toulon et les Saracens s'est achevée sur une victoire totale des Anglais.

Enfin, de deux Anglais. Jonny Wilkinson (24 points pour Toulon ) et Owen Farrel, son meilleur disciple ( 12 points pour les Saracens ), ont marqué la totalité des points du match.

Si un match de rugby doit se réduire à un duel entre les  arrières des deux équipes, autant assister à un match de ping-pong.

Ce qui fait la séduction du  rugby, c'est la diversité des options de jeu possibles . Or, dans ce match, on pourrait  croire que les deux équipes ont tout misé sur la puissance de leurs avants et la virtuosité de leur arrière. Ce ne fut pas tout-à-fait le cas, mais pourtant tout s'est passé comme si les échelons intermédiaires --  demi de mêlée, demi d'ouverture, demis, trois-quarts -- avaient été court-circuités. Ce sont justement les interventions de ces échelons intermédiaires qui insufflent au jeu de rugby sa gaieté un peu folle, son côté échevelé, qui soulèvent l'enthousiasme dans les stades.

Redonner toute leur importance aux échelons intermédiaires, cela ne dépend pas seulement du talent individuel des joueurs. Cela dépend beaucoup de l'entraîneur et de ses options tactiques.

Ce n'est pas la manière qui compte, diront certains, ce qui compte c'est de gagner . Eh bien non, justement. Au jeu de rugby, qui reste encore malgré tout le moins chauvin des sports collectifs,  la manière  compte autant et plus que la victoire.

Oh le pauvre bonheur de l'abjecte bourrique chauvine scandant, entre son pastis et sa télé : " On a gagné ! on a gagné !"  Et le panache, nom d'un ballon ovale ?

On peut se demander si ce culte abusif du résultat, essentiellement obtenu grâce aux gros bras des lignes avant, n'est pas à mettre au moins partiellement au compte de la médiocrité de l'esprit d'équipe dans des formations de plus en plus artificielles qui engagent à grands frais des mercenaires étrangers, négligeant de puiser de jeunes joueurs dans  leurs centres de formation, sur la vitalité et la qualité desquelles on peut s'interroger. Au coup d'envoi du match, l'équipe de Toulon ne comptait dans son effectif que quatre joueurs français ! Au stade Mayol, le supporter varois ébaubi applaudit  un produit d'importation, aussi authentiquement toulonnais et provençal que l'équipe du PSG est parisienne. Il est vrai que, dans le département du Var et, plus largement, à l'est du Rhône, la tradition rugbystique est aussi peu ancienne que la tradition taurine.


Additum (19/05/2013) -

Histoire de nuancer quelque peu mon propos, à la suite de la victoire de Toulon en  finale, je noterai qu'au rugby, sport viril mais savant, dont les règles sont relativement complexes, il est essentiel, qu'on attaque ou qu'on défende, de commettre un minimum de fautes, dont la sanction immédiate est souvent une pénalité de trois points. D'où la nécessité, pour s'assurer le gain du match, de produire, de toute façon, du moins à ce niveau de professionnalisme, un jeu de qualité. Le spectateur s'en rend compte plus facilement dans les phases d'attaque que dans les phases de défense, où le travail ingrat de plaquage et  de conquête du ballon au sol reste souvent pour lui obscur et peu spectaculaire. C'est là qu'une équipe qui défend a souvent du mal à ne pas transgresser les règles. Ce fut le mérite des Toulonnais, souvent acculés dans leurs 22 m, face à la talentueuse équipe de Clermont, de ne pas commettre de fautes, ou très peu, dans leur travail de défense, malgré l'acharnement du combat. C'est le différentiel de fautes qui fit basculer le match en leur faveur. D'où l'importance de compter dans ses rangs un artiste de la transformation, comme Wilkinson.







3 commentaires:

Jean Fonsleclou a dit…

J'ai lu quelque part que c'était une victoire d'un club français Toulon, sur un club anglais ... mais il est si facile de se tromper quand on est une bourrique anglophile avinée !

Dernier détail : seul le résultat compte ! La "manière", la "joliesse", n'est qu'un petit plus, sans beaucoup d'importance ...

Asinus... etc,etc... a dit…

FELICITATIONS pour le choix de la photo de la mascotte Jambruns : vous ne pouviez trouver mieux !

Anonyme a dit…

I couldn't resist commenting. Perfectly written!

Also visit my blog ... stouffer's printable coupons 2012