jeudi 11 avril 2013

Un ex-grand rabbin reconverti

891 -


Le grand rabbin Bernheim a démissionné.

On sait l'importance du vocabulaire dans les questions de théologie.

Un plagiat est-il un emprunt ? Un emprunt est-il un plagiat ?

D'aucuns soutiennent que plagiat ou emprunt, c'est kippa blanche et blanche kippa, comme n'importe quel dictionnaire des synagogues vous le confirmera.

Mais point du tout. Ces deux opérations doivent être distinguées. Joseph Macé-Scaron a fort bien expliqué pourquoi dans Comment emprunter à taux zéro .

" J'ai emprunté ! ", proclame Bernheim.  

-- "Il a plagié !", s'obstinent d'autres.

Fatigué de  défendre contre les buses les droits de l'euphémisme, l'aigle des synagogues s'est retiré sous sa tente, mais, tel Achille aux pieds légers, le voilà qui vole au Louvre, histoire de se détendre devant Ali Baba et les quarante voleurs, par le Caravage.

Planté devant l'immortel chef-d'oeuvre, voilà-t-il pas qu'il sent une main experte lui palper le... lui palper son sac.

Et de découvrir une jeune pickpocket romano-bulgare la main dans ledit sac. Superbe, au demeurant. L'oeil en chocolat et l'avant-scène en crème brûlée.

-- Mais mademoiselle, lui dit-il, vous n'y songez pas : je suis l'ex-grand rabbin Bernheim.

-- Ben, moi, qu'elle lui fait, impressionnée, c'est Esméralda. On sait tes exploits. Tu viens avec nous ?


Et depuis, fou d'amour, au diable les disputes théologiques, il a mis définitivement au rencart tous ces subtils distinguos.


Il fait les poches aux Japs sous la pyramide.





Aucun commentaire: