dimanche 14 juillet 2013

Spartacus et le 14 jupillet


948 -

Cette image du Spartacus de Stanley Kubrick montre bien à quel point l'efficacité d'une troupe combattante dépend de la solidarité des compagnons  d'armes. Tous devant, à condition d'avoir quelqu'un (au) derrière. J'aime beaucoup aussi le symbolisme phallique des piques pique pique érigées. Sans compter les cuirs et les charlottes. On dirait un tableau vivant chez Michou.

Si tout ce beau monde n'avait pas aujourd'hui dans les quatre-vingt-dix berges je les aurais bien vus défiler au sein de notre grande parade nationale de ce matin sur les Champs. Sur un roulement de tambours, j'imagine très bien nos fiers clampins abaisser leurs lances et les faire converger vers la rondelle à Kirk, avant de démarrer vers la Concorde au pas de légionnaire et aux accents martiaux de la marche bien connue : "la bite à papa que l'on croyait perdue, c'était manman qui..." (1)

On dira ce qu'on voudra, mais un défilé du 14 juillet, c'est encore plus beau qu'une page du  Notre-Dame-des-Fleurs de Genet . Et quel beau couillonel le baron de Charlus aurait fait, s'il avait eu un brin de chibre militaire !

Vive l'armerdre, mon adjujupanpan la jupette !


Note 1 -

N'oublions pas la musique des équipages de la fiotte.


Additum (29/07/2013) -

Au petit dej, tombé en sidération devant une photo du défilé de la fête de la victoire en Corée du Nord. Un régiment de bombasses de choc, lieutenantes et couillonnelles, défile en levant haut la gambette, sabres et strings au clair. Question révolution cuculturelle, le Kim-Jong-Poum, il se lâche, je te dis pas.


2 commentaires:

Anonyme a dit…

Et Kirk, alors ? il a personne devant !

Les Jambruns a dit…

On n'attendait que toi.