mercredi 6 novembre 2013

Odi britannicum vulgus et arceo (3) : Enfonçons les bonnets rouges

998 -


Le mouvement  des bonnets rouges a lancé au gouvernement français un véritable ultimatum : si l'écotaxe n'est pas abrogée au mercredi 6 novembre à midi, de nouvelles actions seront organisées, du type de celles qui ont abouti à détruire des équipements collectifs pour un montant de plusieurs millions de francs.

On saura dans un avenir proche si l'équipe de lavettes qui fait semblant de gouverner ce pays acceptera de baisser un peu plus son froc. Au point où ils en sont, ils pourraient même l'enlever complètement, ça leur évitera de chier dedans.

Or,  qu'est-ce que les bonnets rouges ? Un ramassis de salopards poujadistes, la lie de la Bretagne : agriculteurs arriérés, camionneurs bornés, employés sous-qualifiés vomissant leur haine de l'Etat et de la France sous prétexte que les nécessaires ajustements économiques les condamnent  au seul sort qu'ils méritent : le dépôt de bilan, la liquidation judiciaire, la porte. Qu'avons-nous à foutre du sort de ces gens-là et de leurs familles ? Aucune solidarité d'aucune sorte ne nous lie plus à eux. Ils ont renié la France. Tout le monde a vu aux actualités télévisées ces salopards brandir leurs sinistres drapeaux mazout sur fond de lait de vache, mais aucun drapeau tricolore. Ils ont saccagé des trucs électroniques très coûteux que nous avons payés de nos sous . Qu'ils crèvent tous, et le plus tôt sera le mieux. Quant à moi, ayant depuis longtemps résolu le célèbre problème du mandarin dans une optique d'efficacité, j'appuierai, si on me le demande, sans état d'âme sur le fameux bouton, sans qu'il soit besoin de me soumettre à une nouvelle expérience de Milgram. Après tout, l'Île Longue n'est pas loin, suffit d'orienter correctement les missiles, et c'est pas les boutons rouges qui manquent. A dégager !

Les actions des bonnets rouges sont autant d'atteintes à la sécurité de l'Etat et à l'unité de la nation. Elles sont d'autant plus dangereuses qu'elles menacent de faire tache d'huile. Leur violence appelle une réponse violente, que tous les Français dignes de ce nom, en d'autres temps, auraient massivement  approuvée . Arrestations préventives, exécutions sommaires, représailles collectives : autant de procédures de mise au pas , normales et saines, d'éléments subversifs, efficaces recours que seule la dégénérescence d'une démocratie parlementaire qui n'arrête pas de pourrir sur pied, et l'ignoble veulerie du gouvernement en place, à commencer par celle d'un Président de la République indigne d'exercer sa fonction, empêchent d'utiliser. Crevons les bonnets rouges après leur avoir fait bouffer leur drapeau, dont nous nous serons préalablement servis pour nous torcher !

La Bretagne fait partie de ces provinces périphériques périodiquement agitées par les menées d'éléments anti-français. Une des malédictions de notre pays est que le noyau dur authentiquement national s'y trouve cerné de morceaux tardivement raboutés, à la loyauté nécessairement douteuse. Je n'en dresserai pas la liste : mon propos n'est pas de jeter de l'huile sur le feu. Mais tout le monde sait à qui je pense. Suivez mon regard aux quatre coins d'un hexagone incessamment menacé d'être réduit aux dimensions d'un mouchoir de poche. Tu me diras, si c'était le cas, on se ferait moins chier à jouer les chevaliers Bayard . Encore que. Néanmoins, pour tout patriote, préserver la substance et l'unité de la Nation est un devoir sacré. Il implique la répression impitoyable des activités des traîtres de toute espèce. Le centripète doit vaincre le centrifuge ! Casser des gueules, donc, beaucoup de gueules s'il le faut, et en tout cas autant de gueules que la gravité de la situation l'exigera. Impératif catégorique. Outre le bonheur intrinsèque qu'il peut y avoir à péter des gueules, il sera décuplé à la pensée que si nous les pétons, c'est pour le bien de la France ! Dans l'extermination des anti-nationaux, -- et pas seulement en Bretagne, comme on l'a certainement bien compris, mais partout autour de nous, parmi nous, et jusque dans tous ces ministères où s'agitent inutilement toute une bande de jeans-foutres et de nuisibles et de bleubites que je vais te leur foutre à tous la mienne au cul si ça continue et ça va continuer -- c'est toute la Nation qui prend son pied. C'est pourquoi il n'est pas question de laisser à nos forces de sécurité, police et armée, toute la charge de la tâche : des milices armées de bons citoyens,  certifiés authentiquement français, devraient apporter, sur le terrain, un concours des plus efficaces à cette entreprise de nettoyage. Vivant sur l'habitant, leur entretien ne grèverait en rien les finances publiques. A quand le sac de Quimper ? Il est temps de raviver la flamme de ces actions de rétablissement de l'ordre public que furent les dragonnades et les guerres de Vendée. Pourquoi ne pas entasser tous ces bonnets rouges sur des péniches sur la Loire et les y saborder ? On pourrait lester le tout avec l'Ayrault dans une cage de fer. Vision éminemment jouissive que je m'en pollue à tout va dans mes culottins !

Seule une République rénovée par un coup d'Etat portant au pouvoir une équipe de responsables puissamment couillus, brûlant d'une ardeur authentiquement nationale, animés d'une énergie sans faille, sachant se montrer impitoyables chaque fois qu'il le faudra, et d'abord contre la misérable équipe d'incapables et de traîtres (1) qui prétend actuellement gouverner le pays, pourrait engager une telle entreprise de salut public. Nous appelons de nos voeux son avènement.

Vive la Révolution Nationale. Vive la France. Que le sang impur des bonnets rouges abreuve les sillons bretons ! que le sang impur des traîtres abreuve les sillons français !

L'ordre et la paix publics, dans ce pays si peu doué pour la démocratie, toujours guetté qu'il est par une déliquescence anarchique, ne sera vraiment garanti que si vient au pouvoir un tyran sanguinaire dont les ordres seront aveuglément exécutés par des bandes de tueurs fanatiques et disciplinés. Nos pitoyables socialistes, et surtout leur leader, ce Hollande, lâche amateur de compromis foireux, barbotent évidemment à l'opposé de cet idéal.

Les Allemands sont aujourd'hui, sans conteste, le peuple le plus civilisé sur la terre. Nous seulement leurs camionneurs paient sans moufter depuis des années l'écotaxe, mais ils vous expliquent doctement combien elle est utile. Peuple admirablement autodiscipliné. Vraiment apte à l'exercice de la démocratie. Tout le contraire des Français, quoi. Et à qui ils le doivent, hein? Je vous le demande. Vous voyez pas ? Merci Adolf !


Note 1 -

Equipe noyautée par l'ennemi, au demeurant. Le Driant et Le Foll, c'est pas des bonnets rouges infiltrés, peut-être ?


( Posté par : Jambrun, avatar eugènique  provisoirement agréé )


Les Jambruns  communiquent -

Les opinions exprimées ici par notre collaborateur n'engagent que lui. Rappelons à nos lecteurs qu'une révolution de palais, menée sans effusion de sang, a mis naguère un terme aux pouvoirs dictatoriaux exercés par lui sur un blog dont il était le fondateur et dont il incarne le canal historique. Saura-t-il, à l'âge avancé qui est aujourd'hui le sien, découvrir les vertus d'une gestion démocratique et pacifique des problèmes de société ? Rien n'est moins sûr.

Nous avons reçu ce courriel de notre collaboratrice Toinou chérie :

" Jambrun, canal historique ou pas, tes éructations hystériques commencent à gonfler tout le monde. "


Notre collaborateur SgrA° nous a fait parvenir ce message :

" Au diable ce con haineux et gâteux ! "


De notre collaboratrice Myriam Ben Rataboum, ce billet :

" Jambrun chéri, calmos, ma poule ! Tu vas finir par te faire mal. "


John Brown nous dit :

Quand on milite chez les bonnets de coton, a-t-on compétence pour juger les bonnets rouges ?


Italo Svevo nous adresse ce laconique pneumatique :

"  Senilità ! Senilità ! "


Un mail de Marcel :

Bravo à mon copain Jambrun pour ces propositions rappées au coin du bon sens et de la faisabilité. J'opine des quatre moignons.

Note -

Tout jeune, notre collaborateur Marcel est tombé dans une moissonneuse-batteuse du côté de Landivisiau. A moins que ce ne soit dans une machine à découper le saumon vers Trégastel. Ou dans une décortiqueuse à poulets à Saint-Pol-de-Léon. Il lui en reste des séquelles. Il est une des victimes collatérales du fameux modèle économique breton qui bat faiblement de la seule aile qui lui reste.


De notre collaboratrice Jeanne la Pâle nue dans ses châles :

" En somme, le message politique de notre ami Jambrun se résume à : "Vous allez vous en prendre plein la gueule, mais ce sera en rangs par deux."  Imbécile, mais prémonitoire ? Décidément, c'est dans les plus vieux pots qu'on touille les pires soupes. "

Du sinistre Jambrun, ce message :

" Merci à Marcel et merde à tous les autres. Eclairez donc votre lanterne, tas d'ineptes, en lisant, dans Le Monde du 13/11/2013, le point de vue de Françoise Morvan : Bonnets rouges : des dérives autonomistes derrière les revendications sociales.






1 commentaire:

Erwan Le JC a dit…

Immonde billet ! Luttons ! Luttons, mes frères et mes sœurs ! Avec les Bonnets rouges bretons, contre les benêts roses élyséens ! Tous ensemble ! Tous ensemble ! Pouet ! Pouet !...