vendredi 8 novembre 2013

Odi britannicum vulgus et arceo (4) : Jésus débarque chez les Bretons

999 -


On ne le sait pas encore assez, mais, alarmé par la situation critique de l'économie bretonne, Jésus s'est récemment réincarné en Bretagne, soucieux d'afficher sa solidarité avec la population dans cette passe difficile.

Donc, Jésus, histoire de prendre la température sociale du landerneau, s'en va se balader dans un jardin public de Quimper. Il tombe sur un gonze, assis sur un banc, qui pleure toutes les larmes de son corps.

Jésus s'enquiert des causes de ce gros chagrin.

-- Qu'as-tu, mon ami, pour pleurer ainsi ?

-- J'ai perdu mon emploi chez Mami Doudou. Ma femme m'a quitté.

Jésus dispense à l'affligé de consolantes paroles. Si consolantes que le type se lève de son banc, radieux, et s'en va en chantant. Alleluia.

Jésus rencontre comme ça trois ou quatre types qui pleurent sur leur banc. Ils lui expliquent qu'ils ont perdu leur travail, leur femme, chopé un cancer, etc. A chacun, Jésus dispense ses paroles consolantes, chaque fois avec le même résultat : le consolé s'en va chantant radieux Alleluia.

Sur le point de sortir du jardin public, Jésus tombe sur un dernier type sur un banc, qui pleure comme une vache (bretonne).

-- Ainsi, mon ami, toi aussi tu as perdu ton emploi ?

-- Non.

-- Alors c'est ta femme qui t'a quitté ?

-- Non.

-- Le cancer, alors, qui te bouffe ?

-- Non plus.

-- Malors quid ? Quod? Quo ? Quando ? Qua ? (Jésus en perd son latin) -- Qua ? Qua ? Quoi ?

-- Je suis Breton (1).


Alors là, Jésus s'assied à côté du type, et Jésus pleure.


Note 1 - En fait, il le lui dit en breton : " Ich bin ein Bretonner "


( Posté par : Marcel )


Les Jambruns communiquent -

Marcel, nous constatons que vous n'avez rien perdu de cet humour si spécial auquel certaines dames d'un âge certain se disent sensibles. Toutefois, nous vous signalons que si vous remplacez "Breton", par "Basco-Béarnais" ou "Moldo-Valaque", ça marche tout aussi bien. C'est même encore avec les Français que, par les temps qui courent, ça marche le mieux !

Marcel, par Nadar
e légende

Aucun commentaire: