mercredi 11 décembre 2013

" Le Marchand de Venise " : une pièce antisémite ?

1013 -


Je me suis laissé dire que Le Marchand de Venise, une pièce d'un certain Shakespeare William, serait une oeuvre violemment antisémite. L'auteur y met en scène un Juif, un dénommé Shylock, sous un jour très antipathique. Dans une scène particulièrement atroce, on le voit même manger une livre (1) de chair humaine. Jusqu'où iront nos auteurs dramatiques dans leur course à l'originalité ? Il paraît, d'ailleurs, que l'anthropologie, pardon, l'anthropophagie, revient très fort à la mode cette année à l'approche des fêtes. Quelle époque.

Mais ce n'est pas une  raison. De la part d'un auteur dont on me dit qu'il jouit d'une certaine notoriété, ce n'est pas admissible. Que font les autorités de tutelle ?

Personnellement, je trouve déplacées toutes ces manifestations excessives d'hostilité à l'égard des Juifs : ils ont assez payé pendant la dernière guerre.

On me dit que ce Shakespeare William serait natif du Tennessee et que ceci expliquerait cela. Je ne suis pas convaincu. Ce n'est tout de même pas parce qu'on a tous en nous un peu  de Tennesse qu'on a versé dans l'anthropométr phagie.


Note 1 -

" une livre " : très approximativement cinq cents de nos grammes









Aucun commentaire: