jeudi 26 décembre 2013

La nuit de tous les dangers

1020 -


Cette nuit, j'ai livré à de distingués étudiants commerciaux plutôt collet monté et détestablement pinailleurs  le corrigé d'une synthèse de documents, que j'ai rapidement égaré dans un monceau de paperasses jaunies qui m'échappaient des mains. Mais comme j'ai toujours eu un grand sens de l'improvisation, j'ai inventé la fin de chic. Je me rappelle que ça se terminait par : " Poil au cul " .

Encouragé par ce premier succès j'ai enchaîné sur une séquence où je fondais une entreprise de fabrication de bonnets rouges en plastique . Je les vendais aux Bretons de Quimperlé et de Morlaix. On les voyait écoper, écoper jusqu'à plus soif. Je leur criais : "Plus vite ! Un peu de nerf, tas de moules à far de bouchot breton !"

Ensuite je me suis vu dans mon petit berceau, dans notre bergerie de Sainte-Anne-la-Palud. Papa, coiffé d'un chapeau rond, et Maman, en coiffe bigoudène, étaient penchés sur moi et Papa disait à Maman : On l'appellera Jésus-Marie-Joseph. JMJ . C'est tendance, ça devrait plaire au pape François "

Avec ces vents de tempête, j'ai des nuits agitées.


Momus




Aucun commentaire: