mercredi 19 mars 2014

Boeing MH370 disparu (2) : l'explication dans Cortazar ! Cliquez ici !

1066 -


J'avoue avoir complètement zappé l'oeuvre de Julio Cortazar. J'ai certainement eu grand tort, à en juger par le premier des récits inédits que Gallimard vient de publier sous le titre Pages inespérées. Inespérées, c'est le mot ! Dans ce texte prémonitoire intitulé Manuscrit trouvé près d'une main (on devine la signification de ce titre au dénouement !), écrit en 1955, Cortazar ne lève-t-il pas en effet le voile, avec plus d'un demi-siècle d'avance, sur le mystère toujours non résolu de la disparition du Boeing de la Malaysia Airlines !

Sautant en plein vol d'une fusée littéraire à l'autre, en l'occurrence des Six problèmes pour don Isidro Parodi, concoctés par le tandem infernal Borges / Bioy Casares, à ces Pages inespérées du grand Julio, un pied sur l'une, l'autre sur l'autre, tel Batman dans la stratosphère, j'en viens à me demander si  ce n'est pas une grande injustice et une grave erreur que de voir dans l'humour une spécialité exclusivement britannique. En vérité, il existe un humour spécifiquement argentin dont la qualité ne le cède en rien à l'humour anglais. spécialement dans le registre de l'humour noir.

André Breton a proposé, dans sa célèbre anthologie, une définition de l'humour noir -- dans lequel il voit une forme de "révolte supérieure de l'esprit" -- qui ne me paraît pas convenir à l'humour noir tel que Cortazar et ses prédécesseurs Borges / Bioy Casares le pratiquent. Si j'en juge par ce récit ouvrant Pages inespérées, Cortazar nous fait savourer une forme d'humour noir , résultat, à l'instar du fameux croisement d'un parapluie avec une machine à coudre, de celui de l'imagination surréaliste avec un humour potache, plus rigolard que révolté (comme en témoigne d'ailleurs le titre de ce récit, bien dans la veine d'un Magritte) . J'ai cru  discerner dans ce texte l'influence des duettistes  auteurs des Chroniques de Bustos Domecq, tant dans l'esprit de la chose que dans le savant dévoilement, au fil du texte, d'une vérité déjà contenue dans les premières lignes : habile technique destinée à vous inciter à le relire pour en savourer les trouvailles et les astuces plus encore qu'à première lecture.

Je n'en dirai pas plus, laissant à l'éventuel lecteur la surprise de la résolution de l'énigme de la disparition du vol MH370, naguère imaginée par Julio Cortazar. Quant à moi, s'il m'arrive effectivement de penser avec une tendresse quelque peu coupable à l'une de mes tantes dont les charmes eurent le don d'échauffer les ardeurs (voir le mot de trois lettres correspondant à la définition de "coup de chaleur" dans les mots croisés du quotidien Le Monde) de l'adolescent boutonneux que je fus, je n'ai jamais constaté que ces songeries eussent des pouvoirs aussi étonnants que ceux notés par Julio Cortazar. C'est dommage (pour moi, en tout cas).


Julio Cortazar , Pages inespérées  , préfacé et traduit de l'espagnol (Argentine) par Sylvie Protin ( Gallimard / Du monde entier )

( Posté par : Guillaume-le-Conquérant )


Note :  la solution de l'énigme posée par ce pseudo inédit est quelque part dans le billet !


Aucun commentaire: