dimanche 27 avril 2014

Images de dieu

Dieu a créé l'homme à son image, nous dit la Genèse.

La femme aussi.

La femme aussi : autrement, discrimination injustifiée, cruelle, scandaleuse.

Donc, dit la Bible :

Dieu crée l'adam à son image
le crée à l'image de Dieu
les crée mâle et femelle (1)

C'est assez clair,
enfin, suffisamment clair. Nous considérerons que c'est suffisamment clair.

Et c'est tout ?
Dans la Bible, oui, c'est tout.

Et les singes ? Du moins les grands singes, le anthropoïdes, chimpanzés et autres gorilles ?
Ce sont nos très proches cousins, pas vrai ?

Comment imaginer un instant que Dieu, dans son immense bonté, aurait pu exclure nos très proches cousins de la faveur qu'il nous a faite ?

C'est-là une pensée intenable, scandaleuse, sacrilège.

Les grands singes ont donc été créés par Dieu à son image.

Et les petits singes ? Ce sont les cousins des précédents, donc nos petits cousins. Eux aussi ont  été créés  à l'image de Dieu. Le ouistiti, tiens. Très plausible (et sympathique, en plus) image de Dieu.

Et les primates ? Les mammifères ? Cousinages, cousinages. Créés à l'image de Dieu, tous.

Le porc, notamment. Chacun sait que nous partageons plus de 90 % de notre patrimoine génétique avec ce noble animal, d'où de multiples applications médicales. Bientôt, nous surmonterons les maladies cardio-vasculaires, les cancers, grâce à des greffes de coeurs de porc, d'intestins de porcs, de foies de porc, etc. C'est bien la preuve que Dieu a créé le porc à son image. C'est si vrai que les Juifs et les Musulmans pratiquants s'interdisent de consommer de la viande de porc. C'est que le porc est un animal sacré, notre frère, le fils de Dieu. A l'égal de Moïse. De Jésus. De Mahomet. De Bernard-Henri Lévy. Ou de moi. L'interdit de la viande de porc a le même sens que le tabou de l'anthropophagie. On ne mange pas son frère en Dieu (2).

Tous fils de Dieu ? Et pourquoi pas ? Certains sont bien fils d'évêque.

Cousinages, cousinages. Comment ne pas admettre que Dieu ait créé le rat à son image, le  crocodile à son image, le cobra (sacré, le cobra, ô combien) à son image, et ainsi de suite, jusqu'au moustique (c'est difficile de croire que le moustique a été  créé à l'image de Dieu, surtout quand il vous pompe, et pourtant, c'est comme ça). Jusqu'à la tique. La tique, sublime image de Dieu ! 

Jusqu'au virus.

Sans oublier, bien sûr, les petits potamogétons. Et les grands chênes.

Retournons le problème : puisque Dieu a créé tous les vivants à son image, est-il possible de parvenir à une image de Dieu ?

Les débats religieux ont beaucoup tourné autour de la question de la représentation de Dieu . Est-il licite de représenter Dieu ? Les uns soutiennent que oui, les autres s'y refusent.

Dieu est-il représentable ? Les considérations qui précèdent nous conduisent à  répondre que : oui, bien sûr que oui.

Vous prenez quelques petits potamogétons et têtards, vous ajoutez un lot de virus (sans oublier les rétro-virus), de tiques, de moustiques, de rats, de cobras, de crocodiles, d'innombrables variétés de poissons, d'huîtres et de moules (indispensable, la moule, si l'on veut parvenir à une représentation correcte de Dieu ; peut-être encore plus indispensable que pour une représentation symbolique correcte de François Hollande), de petits et de grands singes, d'hommes et de femmes, de grands chênes, aulnes, bouleaux, et, pour couronner le tout, d'un échantillon de cochons sauvages et domestiques, et vous obtenez sans trop de difficulté une image très plausible de Dieu. Compliquée (en apparence) mais plausible.

Que serait, en définitive, une image de Dieu véritablement satisfaisante ? Elle contiendrait l'image de toutes les créatures vivantes. Mais où passe la frontière entre ce qui est vivant et ce qui ne l'est pas  ? Nous n'en savons rien au  juste. Toutes nos catégories et classifications ne sont, nous le savons, que des outils commodes de connaissance. Un virus, par exemple, est-il vivant ? D'autres soutiendront qu'une montagne ou un fleuve est une réalité aussi vivante qu'un lapin. Il est donc plus prudent de considérer la réalité toute entière comme relevant du vivant.

D'autre part, construire une image de Dieu, consiste en somme à associer de multiples images du réel, puisque, du réel, nous ne possédons rien d'autre que des images. Mais nous est-il possible de nous en tenir à une seule image d'un être vivant (ou réel) quel qu'il soit ? De toute évidence, non. Notre pouvoir de connaissance s'épuise à multiplier les images d'une réalité quelconque, une tique par exemple, sans jamais parvenir à réunir une collection d'images complète qui nous livrerait enfin la totale connaissance de cette réalité. L'unité de Dieu est vertigineusement plurielle.

Concluons   (provisoirement) : Dieu ayant créé, non seulement l'homme, mais aussi tous les êtres vivants, et en  définitive toute la réalité, à son image , une image correcte de Dieu serait faite de toute la série (probablement à jamais incomplète) des images du réel que nous sommes capables de fixer.

A supposer que cette image (de synthèse) puisse un jour être constituée, à quoi pourrait-elle bien servir ?

Clairement à rien, sinon à orner un coin de cheminée, qu'on supposera suffisamment large pour qu'on puisse l'y poser.

La connaissance, nous l'avons dit, passe par les images, et exclusivement par les images. Un mot est une image.  Un concept est une image. Une hypothèse scientifique est une image. Une définition est une image.

Certaines images paraissent vérifiées par le réel. Elles entrent alors dans le système des images vérifiées à quoi se résume notre connaissance du réel.

Puisque Dieu se confond avec les images que nous nous formons d'un réel supposé créé par Lui à son image, connaître le réel, c'est connaître Dieu. Dieu est un autre nom du réel.

Pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple ? Que perdons-nous à supprimer Dieu ? Rien. Il nous reste toujours le réel tout entier.

Largement de quoi occuper notre curiosité.



Note 1 -

Traduction de Frédéric Boyer et Jean L'Hour (éditions Bayard)

Note 2 -

Cela ne m'a pas empêché de dévorer à midi une côte de porc que je te dis que ça. Avec des épinards à la crème. Mmmmmm. Quel mécréant je fais. En somme, c'est comme si j'avais boulotté une côte d'Adam.

Additum -

Exercice de logique élémentaire

Si Dieu a créé l'homme à son image, il s'ensuit que je puis obtenir une image de Dieu à partir de cette image de Lui qu'est l'homme. L'homme est le miroir de Dieu. Disons les choses autrement : l'homme se regardant dans le miroir découvre Dieu. Ainsi, Dieu n'est pas autre chose que l'homme, ou plutôt son reflet. Invention du miroir. Invention évanescente, au surplus : il suffit de se détourner du miroir, et le fantasme s'évanouit. La "réalité" de Dieu s'épuise dans la réalité de l'homme.

Additum 2 - 

L'image célèbre de Dieu peinte par Michel Ange sur le plafond de la Sixtine est l'application logique de la logique de l'affirmation biblique, selon laquelle Dieu a créé l'homme à son image. En conséquence, la réciproque est vraie : Dieu est à l'image de l'homme. J'imagine un piratage de l'image de Dieu par Michel Ange : au vénérable barbu imaginé par le Florentin, le pirate substituerait la tronche de Donald Trump. Damned !



Michel Pastoureau , Le Cochon. Histoire d'un cousin mal aimé.  ( Gallimard / Découvertes )



Quelle noble et belle image de Dieu





5 commentaires:

JC a dit…

Si, réellement, Dieu a fait l'homme à son image... vaut mieux ne pas chercher à en voir plus, la déception risque d'être grandissime. On peut tomber sur une gueule à la Louis De Funeste...

JC a dit…

Serait il scandaleux de demander au taulier un retrait de l'illustration cochonne, porcelette, du Seigneur Dieu le père, image révoltante d'athéisme obscurantiste ! N'y a t il pas sur Internet, la photo d'un barbu sympathique, plutôt âgé, aux traits sémitiques discrets... ?

Anonyme a dit…

Dieu est beaucoup plus âgé que sur cette photo. Je pense qu'il s'agit d'un faux.

JC a dit…

Dans une société en crise, un billet comme celui-ci ajoute au déclin spirituel du monde !

ASSEZ ! ASSEZ ! ASSEZ !

JC a dit…

Dans une société en crise, un billet comme celui-ci ajoute au déclin spirituel du monde !

ASSEZ ! ASSEZ ! ASSEZ !