dimanche 13 avril 2014

La terreur des garderies



1084 -

Contrairement aux apparences, cette terreur des garderies (voir le billet précédent) n'est pas le jeune homme de gauche, dont le rictus ironique  témoigne au contraire des progrès d'une socialisation fondée sur l'usage bien compris d'une certaine hypocrisie acquise grâce à l'entrée en maternelle (bientôt supérieure), mais bien la jeune personne de droite, dont le très jeune âge et le regard angélique inciteraient à lui décerner, bien à tort, le bon dieu sans confession, avec félicitations du jury.


1 commentaire:

JC a dit…

Autant le composé organique aux yeux astucieux et mi-clos ne me semble pas pervers, autant la Bretécher aux yeux émerveillés devant l'immensité de l'Océan des Fourberies qui s'offre à son talent, m'angoisse !!!

Je suppose que les parents ont pris la fuite devant un tel danger juvénile ? Je les comprends ...