jeudi 22 mai 2014

Pour en finir avec le monothéisme

1103 -


" Tantum religio potuit suadere malorum ! "

 ( Lucrèce, De rerum natura (I, 101)



Dans Le Monde d'aujourd'hui, un article sur le dernier quartier musulman de Bangui, assiégé par les voisins chrétiens et les milices anti-Balaka. "Les enfants ne vont pas à l'école, les malades n'osent pas se rendre à l'hôpital et les morts sont enterrés dans les cours des maisons".

Certes, les populations musulmanes paient aujourd'hui le prix des persécutions exercées contre les Chrétiens par les milices de la Séléka. On craint aujourd'hui l'intrusion en Centre-Afrique des extrémistes de Boko-Haram qui,dans le Nord du Nigéria, brûlent les églises, enlèvent les jeunes filles chrétiennes pour en faire des esclaves sexuelles. Partout dans le monde, en Afghanistan, au Pakistan, en Syrie, en Egypte, les extrémistes musulmans multiplient les exactions contre les membres d'autres confessions, parfois même contre des coreligionnaires accusés de tiédeur. Même notre pays n'est pas à l'abri, comme les crimes de Mohammed Merah l'ont montré.

Quand ce ne  sont  pas les Musulmans qui agressent leurs voisins coupables de ne pas adhérer à leur foi, ce sont les Chrétiens et les Juifs. Les milices chrétiennes ont vidé la Centre-Afrique de  la quasi totalité de sa population musulmane. En Israël, les extrémistes religieux Juifs multiplient les agressions contre leurs voisins palestiniens musulmans.

En ce début du XXIe siècle, une vaste partie du monde reste plongée dans des conflits religieux qui n'ont rien à envier à la férocité de nos guerres de religion du XVIe siècle, ou bien est menacée par eux. Et chaque fois, le coupable est au fond le même : l'un des trois monothéismes "révélés" : judaïsme, christianisme, islam. L'humanité continue d'être dévorée de cette lèpre qu'on n'ose dire spirituelle. La prétention de ses adeptes à être les seuls à détenir la vérité est la source de toutes ces violences, de tous ces crimes contre l'humanité. L'ignorance naïve des masses est instrumentalisées par les dignitaires et prédicateurs religieux pour accroître leurs zones respectives d'influence. Dans la sphère du religieux sévit la même volonté de puissance que dans les sphères politique et économique.

C'est un devoir humain et un objectif politique prioritaire de lutter par tous les moyens contre l'emprise des croyances monothéistes. C'est une affaire d'éducation. C'est une affaire de législation. C'est l'affaire de tous les incroyants, qui doivent faire bloc et agir, au quotidien, par la parole, par l'écrit, par l'image, par la diffusion permanente des écrits antireligieux, des grands classiques de l'athéisme, en mobilisant les ressources des médias audiovisuels modernes, pour faire reculer la lèpre religieuse. Quand les églises, les synagogues et les mosquées seront enfin vides, transformées en latrines publiques ou en centres de tri collectif, quand les croyances et les rites imbéciles, mortifères, des monothéismes "révélés" seront universellement considérés comme des reliques ringardisées d'un âge barbare enfin révolu, l'humanité, enfin, aura atteint l'âge adulte.


Additum -

N'en déplaise à JC, la nocivité des trois monothéismes issus de la Bible est égale. Leur succès est un sûr indicateur de la connerie humaine. C'est à tous ces pauvres enfants innocents que je  pense, à qui, de par le vaste monde, on inculque d'aussi insanes fariboles : il s'agit rien moins que d'un crime contre l'humanité. Il faut préparer patiemment, massivement, les générations antireligieuses, mieux, les générations a-religieuses, du futur. C'est dans ce sens que j'ai éduqué mes trois enfants qui, dès leur plus jeune âge, ont craché sur la Bible et le Coran et ont pratiqué un prosélytisme athée des plus persuasifs et des plus productifs auprès de leurs petits camarades intoxiqués par les foutaises débitées par le curé, le pasteur, le rabbin ou l'imam. C'est ma grande fierté. Combien de fois avons-nous rigolé en famille de la fureur de ces parents à qui leur petit dernier ou petite dernière, dûment endoctriné(e) par un de mes enfants dans la cour de l'école, avait annoncé tout de go qu'il ne faudrait plus compter sur lui ou sur elle pour la messe dominicale, les mômeries du shabbat ou la prière du vendredi. Il faut dire que, de la maternelle au lycée, outre leur activité missionnaire à base d'arguments plus frappants le uns que les autres, mes enfants, assistés de copains au militantisme antireligieux impeccable, animaient des sortes de clubs privés où se pratiquaient des jeux sexuels non conventionnels et où se consommaient certaines substances. Le ticket d'entrée était le reniement (daté et signé) de Yahvé, d'Allah, de Dieu le Père et de leurs pompes. Peu résistaient à la tentation. Entre une messe et une fumette, il faut savoir choisir. Stratégies moralement douteuses, peut-être, pour de petits esprits, mais diablement efficaces. Dans  un combat où se joue l'avenir de l'humanité, il ne  faut pas être trop regardant sur les moyens. Aujourd'hui, mon fils aîné, chirurgien réputé, pratique les dépassements d'honoraires à la mesure de la résistance de ses patients à renier la religion de leurs pères; spécialiste pointu de la chirurgie intestinale, il leur met le marché en main : c'est l'apostasie ou la poche. Entre envoyer chier Dieu une bonne fois pour toutes et porter à  vie une poche à merde en bandoulière, vous hésiteriez, vous ? Le cadet, lui, haut responsable d'un service de l'Etat chargé de traquer les fraudeurs fiscaux, joue sur du velours : ou bien les délictueux se convertissent aux joies de l'athéisme, et on consent à fermer les yeux, moyennant une ristourne confortable (en liquide, exclusivement), ou c'est l'amende bonbon et la taule : vous pensez s'ils hésitent ; il s'en trouve même pour proposer de faire leurs besoins sur les livres sacrés. Quant à ma fille, ah, ma fille, elle est belle, si belle qu'ils se pressent en foule à sa porte, prêts à se damner pour elle. Vous pensez si elle en profite. Ce n'est pas pour rien que je lui ai donné le prénom de Méfistoféline. Ah, ils ont de qui tenir, mes enfants.

                                                      *

                                               Pater noster


                                     Notre Père qui êtes au cieux
                                                     Restez-y
                                  Et nous nous resterons sur la terre
                                        Qui  est quelquefois si jolie
                                   Avec ses mystères de New York
                                      Et puis ses mystères de Paris
                                   Qui valent bien ceux de la Trinité
                                    Avec son petit canal de l'Ourcq
                                      Sa grande muraille de Chine
                                           Sa rivière de Morlaix
                                         Ses bêtises de Cambrai
                                        Avec son océan Pacifique
                                  Et ses deux bassins aux Tuileries
                           Avec ses bons enfants et ses mauvais sujets
                                   Avec toutes les merveilles du monde
                                                  Qui sont là
                                            Simplement sur la terre
                                            Offertes à tout le monde
                                                    Eparpillées
                       Emerveillées elles-mêmes d'être de telles merveilles
                                           Et qui n'osent se l'avouer
                           Comme une jolie fille nue qui n'ose se montrer
                              Avec les épouvantables malheurs du monde
                                                  Qui sont légion
                                              Avec leurs légionnaires
                                             Avec leurs tortionnaires
                                          Avec les maîtres de ce monde
                   Les maîtres avec leurs prêtres leurs traîtres et leurs reîtres
                                                  Avec les saisons
                                                  Avec les années
                                 Avec les jolies filles et avec les vieux cons
                  Avec la paille de la misère pourrissant dans l'acier des canons.



                                                             Jacques Prévert ,   Paroles


Avec. Ensemble avec. Avec tous les hommes, avec tous les animaux, avec toutes les choses. La république du monde. Notre république à nous tous,  nous les choses, les animaux, les hommes. Avec les berceaux et avec les tombes. Res publica . Qu'avons-nous besoin des dieux, d'un dieu. Nul dieu n'a jamais existé ni n'existera jamais, que dans l'imagination des hommes. Le monde, dont nous sommes citoyens, nous suffit bien . Les hommes sont seuls responsables du sens qu'ils donnent à leur vie et du rapport qu'ils nouent avec le monde. Nous n'avons pas de temps à perdre avec dieu, quand il y a tant à faire en ce monde et dans cette vie.

Dieu est mort, constatait Nietzsche. Mais Dieu ne sera vraiment, réellement mort, que lorsque la dernière conscience infectée par la tumeur monothéiste sera morte. Ne perdons pas de vue que le monothéisme n'existe que parce qu'il y a des monothéistes. Pour ces traîtres à l'humain et au monde, débiteurs de discours en bois, rabâcheurs de formules ineptes, pour ces cons, pour ces salauds, on pourrait se dire qu'après tout, la balle dans la nuque serait la solution adéquate, radicale et rapide. Pour éradiquer la peste monothéiste, d'aucuns jugeraient même indispensable le recours à la violence de masse (fosses communes plurikilométriques, super-camps d'extermination). Je n'en suis pas, étant d'une nature foncièrement pacifique. Je pencherais plutôt pour les recours psychiatriques ( électrochocs, camisoles chimiques etc. ). Car le monothéisme est d'abord une maladie mentale. Ses dérives criminelles n'en sont que les séquelles.

On trouvera sans doute ces diverses solutions peu efficaces,  vu le grand nombre de cas à traiter. On ne va pas, en plus, leur donner l'occasion de se poser en martyrs, à tous ces empaffés. Après tout, le monothéisme n'est que la forme la plus spectaculaire, parmi tant d'autres, de l'affection humaine la plus répandue : la connerie. Et comme nous en a averti naguère un de nos plus grands spécialistes en  la matière : " Au secours ! les cons nous cernent ! ".  Athées, mes frères, le combat à livrer ne fait donc que commencer. Nietzsche nous avait prévenus : Dieu est mort, mais son fantôme continuera encore longtemps de traînailler ici ou là. C'est à nous qu'il revient de  mener ce patient travail de nettoyage des esprits : l'avenir est à nous !


A lire :

Jean-Christophe Bailly ,  Adieu, essai sur la mort des dieux  ( éditions Cécile Defaut )

dessin de Cabu

4 commentaires:

Elena a dit…

Bon sang, mais c'est bien sûr ! Comment n'ai-je pas compris plus tôt. Ce monsieur m'ouvre des horizons.
Je comprends enfin que ces impeccables athées qui nous ont gouvernés étaient manipulés par ces infâmes dont nous vient (forcément) tout le mal : Hitler par les prêtres et les pasteurs qui voulaient dominer le monde, Staline par les popes, Mao et Pol Pot par les bonzes (ah, non c'est vrai, eux ne comptent pas).
C'est une illumination pour moi : la géopolitique ? le népotisme et clientélisme ? les empires passés et actuels ? l'âpreté au gain et la volonté de profit ? la marchandisation de tout (des semences, du sang, des organes) ? la mondialisation ? Mais non, voyons, bande de petits naïfs, tout ça c'est pour amuser la galerie. Derrière, il faut chercher le sinistre monothéiste embusqué qui tire les ficelles … Ils l'ont bien compris à Bhopal et autour du Rana Plaza d'ailleurs.
Et quand on pense à la douceur de vivre avant les monothéismes, c'est-y pas malheureux quand même ! Adorateurs de Moloch unissez-vous enfin …
Les Jésuites gauchistes à la lanterne, que tous nos gentils impérialistes et nos radieuses multinationales nous emmènent enfin vers des lendemains qui chantent !
Au fait, le Monde ne serait-il pas aux mains de monothéistes militants ? Ce monsieur prend décidément des risques ahurissants — quand on a lu l'hymne de Fenoglio à Niel, "un homme qui transforme l'argent qu'il gagne en gain pour les autres" (voir le Canard d'hier), on y renifle des relents de sacristie (ne me dîtes pas que c'est uniquement à cause du maniement de l'encensoir, je ne suis plus dupe, maintenant) et de crypto-christianisme; ça fout les jetons.
Les monothéismes, vous dis-je, les monothéismes !

Sinon, on peut lire Georges Corm Pour une Lecture profane des conflits et Jacques Ellul, par ex. La Foi au prix du doute

JC a dit…

Billet, hélas, complètement ridicule ...

Renvoyer dos à dos Muslims, Chrétiens, Juifs est absolument scandaleux ! Tous les monothéismes ne sont pas de même nature...

L'un d'entre eux est épouvantablement criminel. Depuis toujours. Intolérant, sur de son droit ! Devinez lequel ... sinon relisez Bible Torah Coran...

PS : jamais le besoin des dieux, ou de Dieu, ne disparaitra. Jamais, vous entendez !!! C'est tellement nécessaire aux nombreux ... et c'est un athée, un agnostique, qui vous le dit

JC a dit…

Il est faux, complètement erroné, de parler de nocivité identique entre les trois monothéismes, Bordel de Merdre !

La MORT obligatoire pour les apostats musulmans, ce qui se passe de nos jours, n'existe pas dans la Torah et la Bible !...

Un exemple parmi tant d'autres...
(faut pas déconner avec ça !)

JC a dit…

Allons ! Allons ! La connerie est un aliment d'âme, partagé par tous et toutes ... Dieu l'a voulu !