dimanche 1 juin 2014

La culture juive, Israël et et moi

1107 -


La culture juive a déjà fait couler beaucoup d'encre mais on a rarement demandé ce qu'ils en pensaient aux premiers concernés : ceux qui la pratiquent tous les jours. Moi par exemple.

Ma définition de la culture juive est la suivante :

La culture juive, c'est des champs de pamplemousses dans le désert, en Israël. Israël, un collégien de cinquième vous  dirait que c'est quelques arpents de sable du côté du Golfe Persique, et il aurait raison, sauf que la plupart du temps, les gens ne le situent pas du bon côté (du côté droit) . Israël a des problèmes avec les émirs ses voisins qui lui jalousent ses pamplemousses. Un de ces jours, ça finira mal pour Israël car les émirs ont le droit, le nombre et Allah pour eux, et alors, adieu les pamplemousses. Faudra se fournir ailleurs.

Je suis concerné parce que, personnellement, je suis dans le pamplemousse, de père en fils en quelque sorte. Gamin, sur les marchés du coin, je vendais les pamplemousses que faisaient pousser mes parents. Question pamplemousse, mes parents étaient très pratiquants. Pas seulement question pamplemousse d'ailleurs. Chez nous, c'était torah et pamplemousse. Torah au petit dej, à midi torah, torah le soir. Torah torah torah . Même aux chiottes. A seize ans j'en ai eu ma claque de mes parents, de la torah et d'Israël. Comme le service militaire approchait et que je ne tenais pas à aller faire le clown dans l'armée d'un pays dénoncé par les émirs comme néo-colonial et ennemi d'Allah, je suis parti. Autant ne pas se faire tuer pour une cause qui n'en vaut pas la peine.

Depuis, je vis ici, en France, à Saint-Denis. Je suis toujours dans le pamplemousse, mais en gros et je les fais venir du Maroc. Bien meilleurs. En Israël, ils les arrosent avec l'eau de la Mer Morte, ça abîme le goût. Et puis le Maroc, c'est là que nous allons passer nos vacances, Aïcha et moi. Bien sûr, je me suis converti à l'Islam : c'était plus pratique pour le mariage,  les enfants, le commerce et les vacances. Sans compter qu'on a moins de chances de servir de cible au djihadiste itinérant. Et puis, c'est une religion plus moderne, tout en étant très proche de la religion juive : Allah et Yahvé, c'est bonnet blanc et blanc bonnet, tout comme halal et kasher. Ce qui a achevé de me décider, c'est que tout le monde ou presque est musulman dans le quartier, alors j'ai suivi le précepte : cujus regio , ejus religio .

Finalement Israël, pour moi, c'est trois choses : les pamplemousses, Jéhovah et le camping. Vous me direz pourquoi le camping. Tout le monde sait que depuis la fuite d'Egypte, les Juifs sont un peuple de campeurs : un jour ici, un autre là. On monte la tente, on démonte, on va d'un camp à l'autre. En Israël, le camping est très populaire et tout le monde a une tente chez soi, pour le cas où. D'ailleurs, plus jeune, quand je faisais du camping, j'achetais mes tantes chez Shmuel Trigano. Des tantes de mauvaise qualité d'ailleurs : chaque fois que j'essayais de m'y introduire, les coutures pétaient.




Aucun commentaire: