vendredi 20 juin 2014

surf

1116 -


Je dois me rendre à un endroit avec son frère mais je crains qu'elle ne nous y retrouve tant elle m'importune de ses assiduités.

Arrivé à l'endroit convenu, c'est un terrain de camping. J'y arrive de nuit. Le camp est éclairé par des lampadaires. Je constate qu'effectivement elle a monté sa tente en haut du camp. Je gare ma voiture un peu plus bas, sur une plate-bande herbeuse, en limite du camp, avec l'intention d'y monter ma canadienne.

Je vais aux toilettes. Elles sont bizarrement agencées, par cabines de deux, si bien que je fais pipi dans le bac à douche de la deuxième cabine; plusieurs fois je suis dérangé par l'intrusion de gens qui veulent pisser (le verrou est cassé)

De retour à ma voiture je traverse des installations de touristes étrangers, avec jardin privatif entourés de claies, que je contourne. J'arrive à ma voiture. A côté, une fille bien en chair  (une Anglaise?) est en train de rincer sa vaisselle en utilisant un point d'eau que je n'avais pas remarqué. Foulant l'herbe haute et mouillée, je pars à la recherche d'un emplacement plus tranquille et plus sec.

Arrivé en bas du  camp, je l'aperçois qui glisse vers moi, étendue de tout son long sur  une planche de surf très longue ornée de décalcomanies aux couleurs vives. L'Anglaise a dû faire péter l'adduction d'eau car la prairie s'est transformée en lac et  seule ma tête émerge. Elle arrive près de moi, la planche est devenue un canot pneumatique, elle y est étendue à la renverse; elle se rapproche de moi (ma tête toujours à ras de l'eau) et nous échangeons un tendre et merveilleux baiser, qui extrait illico le dormeur de son sommeil. 

Sitôt réveillé, je la reconnais  sans risque d'erreur; ce doit être le détail du frère. Je me rappelle comme elle s'était lancée à ma conquête, comme j'étais entré dans le jeu, dans son charme. Je nous revois descendant en groupe la rue de la station enneigée, regagnant la villa; elle s'était précipitée, sous je ne sais plus quel prétexte, pour me taquiner, dans un jeu déjà amoureux, à demi conscient, chez l'un comme chez l'autre. Quand eut lieu notre premier baiser? C'est curieux que je ne m'en souvienne plus; ce qui est sûr, c'est qu'il y en eut beaucoup d'autres. Mais c'est ce premier baiser de mon premier amour, qui a décidé de ma vie, et de la sienne.












Aucun commentaire: