lundi 27 octobre 2014

Une insulte à l'Islam et aux Musulmans ?

1166 -


Je fréquentais depuis quelques années le site de Pierre Assouline, la République des livres . Je m'intéresse à la littérature et aux arts, et les bons sites internet qui en parlent ne sont pas légion ; celui d'Assouline en faisait partie. Je participais volontiers aux discussions dans l'espace des commentaires. Assouline  -- il faut l'en louer -- pratiquait une politique très libérale de contrôle des messages, ce qui permettait (permet toujours) des échanges en temps réel souvent intéressants. Mais une politique très libérale risque d'être trop libérale, si on n'y prend garde.

J'ai pris assez rapidement conscience de la présence, parmi les commentateurs, d'une proportion importante de Juifs. Assouline, lui-même, est Juif. De là, sans doute, la fréquence de billets ayant rapport avec la période de l'Occupation et avec la déportation des Juifs. Quant à la fréquence des commentaires sur ces thèmes, elle dépasse souvent le fameux point Godwin. Je n'ai rien contre.

Cependant, certains commentateurs -- pas tous Juifs -- se signalent régulièrement par des prises de position sionistes plus ou moins agressives et virulentes, généralement associées à l'expression d'une hostilité déclarée à l'Islam. L'un d'entre eux se distingue particulièrement par la violence de ses interventions. Il s'agit d'un certain Michel Alba, qui signe actuellement ses posts du pseudonyme de Widergänger, et qui se présente comme Juif . Dévoiler le nom réel de ce personnage n'a rien d'un scoop ni d'une indiscrétion blâmable, puisque lui-même n'en fait aucun mystère et qu'il est connu comme le loup blanc  (c'est le cas de le dire) sous son vrai nom par tous les habitués du site. Quand ce Michel Alba ne s'adonne pas à sa distraction favorite, qui consiste à accabler d'injures ordurières les autres intervenants,  il se consacre généralement à une autre tâche, une propagande effrénée en faveur de l'Etat d'Israël et la défense des aspects les plus contestables de la politique du gouvernement israélien ; le tout très souvent associé à l'expression d'une haine  sans nuance de l'Islam et au ressassement d'une thématique réactionnaire, qu'on retrouve à peu près identique chez un Finkielkraut, un Richard Millet, un Renaud Camus et, plus récemment chez un Eric Zemmour, à l'instar duquel il n'a de cesse de dénoncer le "suicide" de la France, menacée, selon lui, par les progrès de l'islamisation. Et de multiplier les prédictions apocalyptiques annonçant  une prochaine "guerre de civilisations".

C'est ainsi que, dans l'espace des commentaires du site de la République  des livres, à la suite  d'un billet d'une tonalité pourtant fort paisible concernant deux pianistes, Glenn  Gould et Alfred Brendel, et intitulé : "Prière de ne pas distraire la musique de son secret " (mis en ligne le 21 octobre 2014), on pouvait lire, à la date du 22 octobre 2014, à 0h46, le commentaire suivant, signé de Widergänger (Michel Alba) :

                                  "      Mort à la peste verte islamique !      "


" Islamique", et non pas "islamiste" . La nuance est de taille. C'est elle qui, selon moi, confère à cette éructation son caractère choquant, inacceptable, et la rend profondément injurieuse pour les Musulmans, ceux de France et d'ailleurs, et pour leur croyance religieuse . Elle m'a paru immédiatement être en infraction avec la législation française qui réprime les incitations à la haine, notamment pour des raisons religieuses. Ce qui m'a été confirmé par des associations et professionnels en principe habitués à traiter ce genre d'affaire.

On s'est assez indigné,  à juste titre, des injures et des agressions dont des Juifs ont été récemment victimes en France, pour que, sur un site aussi lu, à l'étranger comme en France, un Juif ne vienne pas à son tour attiser le feu de la haine religieuse. Mais que diraient les gens comme lui s'ils tombaient, parmi les commentaires de leur blog favori, sur  un "Mort à la perte brune judaïque !"? Quel tollé ce serait !

" Peste verte " est particulièrement choquant, à la fois par l'allusion à la couleur verte  du drapeau de nombre de pays musulmans et par le souvenir connoté de la peste brune des Nazis.

Entendons-nous. L'auteur de ce message, qui se flatte d'exercer la profession de professeur de lettres dans un établissement  secondaire de la région parisienne, pèse ce qu'il écrit pour se mettre à l'abri d'éventuelles poursuites judiciaires. Le Trésor de la Langue Française informatisé et le Petit Larousse donnent du mot  "islamique " la même définition :

" Islamique , adj. : Relatif à l'Islam  ".

C'est ainsi qu'on parlera, par exemple de "civilisation islamique"

Le message peut donc se reformuler : " Mort à la peste verte relative à l'Islam " .

Il peut donc se comprendre de deux façons différentes :

-- comme expression d'une relation d'inclusion : la "peste verte" fait partie de l'Islam sans se confondre exactement avec lui.

-- comme expression d'une identité : "peste verte" = Islam.

Ainsi, l'auteur du message pourra toujours  prétendre qu'il a voulu dénoncer la "peste verte" ( l'islamisme, par exemple celui du "Califat" Islamique ) comme un produit de l'Islam, mais non l'Islam lui-même dans sa totalité.

La perversité du message est donc toute entière dans cette ambiguïté, qui ménage à son auteur une porte  de sortie.

On peut pourtant penser, sans grand risque d'erreur, que l'immense majorité des lecteurs de bonne foi, et notamment les lecteurs musulmans, comprendront spontanément le message comme l'expression d'une relation d'identité et se diront que, pour son auteur, la "peste verte", c'est l'Islam.

Estimant, en tout cas, que la teneur de ce message connotait une intention injurieuse à l'égard des Musulmans et relevait d'une provocation imbécile et dangereuse, compte tenu du contexte actuel, j'ai demandé à Pierre Assouline de le supprimer. Il n'en a rien fait et  a opposé une fin de non-recevoir à mes demandes d'explication. Le message litigieux continue donc, à ce jour, de figurer à la suite du billet dont j'ai indiqué plus haut le titre et la date.

Si des lecteurs musulmans prennent connaissance du présent billet, j'aimerais bien savoir comment ils comprennent et ressentent le propos du sieur Widergänger / Michel Alba.

Ce dernier, bien entendu, m'a accablée d'injures et de menaces en lisant mes commentaires de son message, qu'il a d'ailleurs répété.

Ce qui me préoccupe, cependant, ce sont moins les éructations de ce frénétique imbécile que l'attitude du responsable du site, Pierre Assouline, journaliste et écrivain connu, membre de l'académie Goncourt, qui prend le risque d'être  associé à une provocation aussi grossière flirtant (c'est le moins qu'on puisse dire) avec les limites de la légalité. Pour le  moment, je ne puis me l'expliquer qu'en supposant une connivence idéologique et politique, non explicitée par lui, avec son commentateur indélicat.

L'existence de pareilles dérives, sur des sites internet très fréquentés, témoigne en tout cas, à mon sens, de la montée en  France d'une "sensibilité" ( mot à manipuler, ici, avec des pincettes) réactionnaire et d'extrême droite, qui a, depuis longtemps déjà,  contaminé et colonisé le milieu intellectuel et l'opinion, comme en témoigne le succès éditorial des derniers livres d'un Finkielkraut ou d'un Zemmour.

N'empêche qu'en diffusant un pareil message, le Widergänger et son acolyte prennent des risques  : on a vu des fatwas fulminées pour moins que ça.


Note  1-

Sur le site de la République des livres , le 26 octobre à 22h35, un contributeur cite un courrier adressé par les responsables de Mediapart à Michel Alba, lequel, apparemment, y tenait un blog. L'intéressé n'a mis en ligne aucun démenti. Voici le texte de  ce courrier, tel qu'il est cité :

Cher Michel Alba, cher abonné
Malgré plusieurs demandes de notre part, votre comportement sur Mediapart n’a pas été modifié. En deux points, vous ne respectez pas notre charte de participation:
1) vous en prenant de manière systématique à des personnes en raison de leurs origines, les Palestiniens, les Arabes, ou de leur religion, les musulmans.
2) utilisant votre blog à de strictes fins de propagande, en reproduisant des contenus, textes, vidéos disponibles sur des sites militants où les internautes qui le souhaitent peuvent les trouver.

Prié par les responsables de Mediapart d'aller se faire voir ailleurs, Michel Alba aura donc profité de l'espace largement ouvert des commentaires de la République des livres pour y ressasser à loisir ses thèmes favoris. Le responsable du site, quant à lui, n'aura rien fait pour modérer ses débordements.

Note 2 -

Parmi les commentaires du billet actuellement en ligne sur le site de la République des livres, je lis, à l'adresse d'un intervenant arabe, sous la signature de Widergänger, le message suivant (28/10 à 0h19) :

@Abdelkaka, eh lavette qui pue, sous-merde, donne-nous ton vrai nom si tu te permets de citer le mien. Lâche et Arabe...

C'est vrai que, pour un Widergänger, un Arabe les accumule : lâche, musulman et -- j'allais l'oublier -- arabe. A l'heure qu'il  est, notre honorable membre de l'Académie Goncourt n'a pas jugé bon d'intervenir. Décidément, son indulgence pour les débordements du Widergänger est surprenante. Quelque vieux réflexe de solidarité tribale, peut-être. Espérons qu'il va se reprendre.





2 commentaires:

Luc Nemeth a dit…

Bonjour.

De mon point de vue l'explication la plus simple est parfois la meilleure: bien que son blog soit interactif en appât rance cet Assouline est atteint de pétoche incoercible à la seule idée de tout ce qui pourrait ressembler à un dialogue, dans le cadre duquel il serait amené à répondre, et qui sait, à n'avoir pas le dernier mot, maman papa bobo...
Aussi il laisse agir sur son site des spameurs dont le style va de la préciosité la plus éculée (et sous avatars féminins, bien sûr) à l'éructation raciste ou antisémite mais dont le dénominateur commun est la niaiserie, qui a pour plus sûr effet de faire fuir le visiteur qui était venu là en quête de dialogue.
Et c'est ainsi qu'Assouline, aujourd'hui bien plus qu'hier et bien moins que demain, se retrouve, conforté, dans sa position de capitaine de pets dans l'eau.
Alors : elle est pas belle, la vie?
Désolé, de vous avoir mis sous le nez pareille ODEUR.

Cordialement

Luc Nemeth a dit…

tant qu'à faire, autant enfoncer le clou... jusqu'au point Godwin : Assouline s'en est pris pour son grade, ce jour, sur http://www.lesinfluences.fr/La-mediacratie-francaise.html.