mercredi 5 novembre 2014

Je me souviens (1)

1169 -


Je ne souviens de Hugo Koblet.

Cette année-là, le Tour faisait étape au Mans, venant de l'Est  (de Chartres ? d'Orléans?) par la nationale qui remonte vers Paris (la RN 13 si je me rappelle bien).

Tous les kilomètres, sur la RN 13, on pouvait voir, à cette époque-là, des bornes  d'une forme spéciale, évoquant un pain de sucre, qui jalonnaient le parcours suivi quelques années plus tôt par les armées alliées remontant sur Paris. On les appelait : les bornes de la liberté.

Avec une bonne partie des habitants du village, situé à une quinzaine de kilomètres de l'arrivée, nous étions allés nous poster au bord de la route pour voir passer le peloton.

Mais d'abord la caravane publicitaire, avec Yvette Horner jouant de l'accordéon, juchée sur le toit d'une voiture spécialement aménagée.

C'était une étape de plat. Il n'y avait pas d'échappés. Tout le monde se réservait pour le sprint final.

Au milieu du peloton, nous vîmes passer Hugo Koblet. Il avait lâché son guidon pour se refaire une beauté, en se peignant (il avait les cheveux coiffés en arrière). La photo que je suis  allé pêcher sur la Toile pour illustrer ce billet suggère qu'il devait se recoiffer souvent.

Koblet, c'était le beau gosse de toute la bande. Je ne me rappelle pas si c'était l'année où il gagna le Tour.

Le bel Hugo ne fit pas une longue carrière. Je ne me souviens plus pourquoi.






Aucun commentaire: