samedi 15 novembre 2014

Je me souviens (2)

1173 -


J'ai dû visiter une fois le cimetière du Père-Lachaise. Mais ce jour-là, je n'ai pas pu y entrer. Je suis resté, coincé dans la foule, dans la montée qui y mène. De l'endroit où je me tenais, on pouvait voir les centaines de milliers de personnes qui se pressaient sur le boulevard, en ce matin  gris de février.
Elles étaient venues, comme moi, rendre un dernier hommage aux victimes de la tuerie du métro Charonne, massacrées par des policiers à l'aide de plaques de fonte arrachées au pied des arbres.

Je n'étais pas à la manifestation de Charonne. Mais j'avais participé, dans les mois précédents, à d'autres manifestations  contre la guerre d'Algérie. Manifestations toutes interdites et qui toutes donnaient lieu à des violences policières.

Le préfet de police de Paris s'appelait Maurice Papon.




Aucun commentaire: