mardi 30 décembre 2014

Encombrants héritages

1190 -


" On ne choisit pas son héritage, c'est lui qui nous  oblige "

J'ai pêché cette forte pensée sous la plume de Jean  Birnbaum, dans un récent Monde des livres.

Inutile (mais non, mais non) de dire que je la trouve complètement con. De plus, c'est le genre de formule-test qui vous fait mesurer instantanément l'infranchissable fossé qui vous sépare de certains de vos prétendus congénères. On saisit sur le champ qu'on n'est carrément pas de la même espèce. Chien et chat.

Je serais tout de même d'accord avec Birnbaum sur un point : on ne choisit pas son héritage génétique. Mais de là à se sentir quelque obligation à son égard ...

Pour le reste, je ne me sens l'héritier de rien du tout, et donc je ne me reconnais aucune obligation de cette sorte envers qui que ce soit ou quoi que ce soit. Qu'il s'agisse de mes parents, du pays où je suis né et de tout ce qui s'ensuit, tout cela est le fruit du hasard, à l'égal de mon héritage génétique. Maxime Le Forestier a dit tout ça très bien dans une de ses chansons. J'ai accepté (ou j'ai refusé) ce qui me fut imposé ou proposé,  ce qui était disponible sur le marché, et ça continue.

Pour se sentir obligé par un héritage, il faudrait se sentir solidaire de ce que représente cet héritage; en somme, il faudrait se sentir héritier, sentiment qui m'a toujours été étranger, car je ne me sens solidaire de rien de ce qui appartient au passé. Je crache sur toutes les tombes et sur tous les monuments commémoratifs. Je chie  sur le patrimoine. La reconnaissance est un sentiment qui m'est incompréhensible. Je ne dois rien à personne, sinon en espèces sonnantes et trébuchantes aux termes d'un contrat sanctionné par la loi. En  revanche, les solidarités avec ce qui est présent sont des solidarités d'une autre sorte, par lesquelles je me sens  concerné. Ma ligne de vie se confond avec l'instant présent. Le reste est aboli. 

J'aurais tendance à considérer comme un salopard tout individu qui se considère comme l'héritier d'une tradition, quelle qu'elle soit  --- religieuse, politique, nationale, familiale ou autre. Ce qui fait beaucoup de monde. Quand j'entend parler d'héritage, je sors ma kalachnikov virtuelle.

Ni dieu ni maître ni héritage !

Giovanni Pannini, Ruines romaines avec un prophète

Aucun commentaire: