dimanche 8 mars 2015

Discrimination ethnique

1213 -


On peut dauber tant qu'on voudra sur la fièvre obsidionale qui tourmente les Finkielkraut, Renaud Camus et autres Richard Millet. N'empêche que nous sommes bel et bien envahis par tous ces étrangers au point de ne  plus savoir qui est qui.

Tiens, pas plus tard qu'à matin, je passe devant la boutique d'un couple expert, en principe, dans le repérage des plus fines particularités ethniques : forcément, ils sont encadreurs. La porte est ouverte. Je surprends le bout de dialogue suivant :

Elle -  Ah, non, non, c'était pas des Suédois.

Lui (péremptoire) -  C'était des Japonais !

Et des Beaucerons mâtinés de Percheron ? Non ? On en rencontre, des fois.

Rarement, mais des fois.


Additum -

A propos du titre.

Consulter le TLF est toujours instructif. A l'article "Discrimination", on lit :

" 1/ Action, fait de différencier en vue d 'un traitement séparé  (des éléments) les uns des autres en les identifiant comme distincts "

Ainsi, ce mot, latinisme de création récente (aux environs de 1870), n'implique au départ aucune idée de traitement inégal et fait figure de simple synonyme de distinction. L'idée de traitement inégal n'apparaît que dans les années 1960,  dans des contextes idéologiques, politiques ou syndicalistes.

Discliminer un Noil-Noil d'un Noil-Blanc ou un Loukoum d'un authentique Vlounzé n'implique donc a plioli aucune visée inégalitaile à connautation lacialocentliste.

La définition que j'ai citée plus haut ne se signale pas, quant à elle, par la  qualité de la mise en français, pâteuse et vasouillarde. Je ne vois pas l'utilité des parenthèses encadrant "des éléments". Indice d'une rédaction bâclée ?





Aucun commentaire: